Carlo Purassanta, le président de Microsoft France, est ce samedi l'invité d'Alexandra Bensaid. Au programme également : retour sur l'étude de l'OFCE parue cette semaine, avec un de ses auteurs, Mathieu Plane. Elle liste gagnants et perdants du budget 2020 et pose une question : de qui Macron est-il le président ?

Le président de Microsoft France, Carlo Purassanta, à Issy-les-Moulineaux en mars 2018.
Le président de Microsoft France, Carlo Purassanta, à Issy-les-Moulineaux en mars 2018. © AFP / Gérard Julien

L'entretien

Traitement des données, intelligence artificielle, stratégie de développement durable, taxe GAFA... Microsoft, la multinationale fondée par Bill Gates, est aujourd'hui le numéro un mondial des logiciels et du cloud, cet ensemble de serveurs informatiques qui stockent les données des citoyens de la planète.

Quelques jours après la publication de résultats financiers encourageants et juste avant l'ouverture d'une école d'intelligence artificielle sur la la santé à Nancy, le président de Microsoft France, Carlo Purassanta, répond ce samedi aux questions d'Alexandra Bensaid.

Le débat

Le 5 février, l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), le centre de recherche en économie de Sciences Po, a publié un rapport scrutant à la loupe le budget 2020 du gouvernement. Cette étude conclue que les grands gagnants de la dernière loi de finances sont plutôt les contribuables au niveau de vie supérieur au niveau de vie médian. Les plus fragiles, eux, y perdraient.

Aussitôt, le gouvernement, par la voix notamment du ministre de l'Economie Bruno Le Maire, a contesté la méthodologie de l'étude.

Qu'y sont alors les gagnants et les perdants de la politique économique ? De qui Emmanuel Macron est-il le président ? Emmanuel Lechypre de BFM-Business et Vincent Grimault du magazine Alternatives Economiques ouvrent le débat. Face à eux, l'un des auteurs de l'étude, l'économiste Mathieu Plane, directeur adjoint du département analyse et prévision à l'OFCE.

Le reportage

Le marché des nuages est en pleine croissance : celui, bien sûr, des nuages de données. Le numéro 1 s'appelle Amazon qui accapare près d'un tiers du marché mondial, loin devant Microsoft et Google.

Et en Europe ? Il y a déjà eu plusieurs vaines tentatives de créer un cloud made in UE. Mais le sujet revient en force. Bruxelles a fait de la souveraineté numérique une de ses priorités et le commissaire Thierry Breton était d'ailleurs, le 7 février, à Bercy pour en parler.

Plus les particuliers, les administrations, les entreprises et les services publics numérisent et stockent leurs données et plus le sujet devient sensible. Plongée dans les questions que pose le cloud dans le reportage de Laurent Kramer.

Ma vie au boulot

Le 5 février, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a entendu les organisations patronales et syndicales sur le congé pour le deuil d’un enfant mineur. Mais a-t-on besoin d’une concertation sur un sujet aussi délicat que celui-là ? se demande Sandrine Foulon dans sa chronique cette semaine.

Les invités
  • Carlo PurassantaPrésident de Microsoft France
  • Mathieu PlaneEconomiste à l'OFCE. Directeur adjoint du département « analyse et prévision » à l’OFCE
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.