Ce samedi, zoom sur l'industrie ! Au programme : un débat sur l'avenir des usines françaises, un reportage sur le branle-bas de combat auquel se confrontent les entreprises face à l'imminence du Brexit et un entretien avec Christian Peugeot, le président du CCFA et de l'OICA.

Christian Peugeot, président du Comité des constructeurs français d'automobiles et de l'Organisation internationale des constructeurs automobiles
Christian Peugeot, président du Comité des constructeurs français d'automobiles et de l'Organisation internationale des constructeurs automobiles © OICA

L'entretien

Alors que le Brexit pourrait intervenir le 31 octobre prochain, l'industrie automobile fait partie des secteurs qui pourraient être impactés. Comment se prépare-t-elle à ce possible séisme et, au-delà, comment aborde-t-elle les défis qui l'attendent à l'avenir, de la voiture autonome à la voiture électrique ?

Ce samedi, Christian Peugeot, le président du Comité des constructeurs français d’automobiles et de l’Organisation internationale des constructeurs automobiles, répond aux questions d'Alexandra Bensaid.

Le débat

2 min

Quel avenir pour l'industrie française ?

Par Khoi Nguyen & Valentin Pérez

Cette semaine, plusieurs actualités se sont télescopées, donnant l'impression que l'industrie française est mise à rude épreuve.

Le 10 octobre, Michelin a annoncé à ses salariés son intention de fermer son site de La Roche-sur-Yon (Vendée) qui employait jusqu'ici 619 personnes, tandis qu'à Belfort, des salariés ont bloqué le site de General Electric pour protester contre un plan social. Au même moment, le gouvernement a laissé entendre qu'il pourrait baisser les impôts de production d'ici 2025 pour rendre la France plus compétitive face aux puissances industrielles étrangères.

Les usines françaises ont-elles encore de l'avenir ? Emmanuel Lechypre de BFM-Business et Vincent Grimault du magazine Alternatives Economiques ouvrent le débat.

Le reportage

Si aucun accord n'est trouvé entre le Royaume-Uni et l'Union européenne d'ici au 31 octobre, la Grande-Bretagne deviendra dès le 1er novembre, un pays tiers comme un autre. Nos échanges commerciaux avec les Britanniques seront dès lors régis par les règles de l'Organisation mondiale du commerce.

Du côté des entreprises françaises, c'est le branle-bas de combat pour se projeter dans une telle situation. Qu'elles importent ou qu'elles exportent, elles sont aujourd'hui environ 100 000 à commercer avec le Royaume-Uni, selon les douanes françaises. Ce sont en majorité des PME.

Que leur arrivera-t-il dans un monde post-Brexit ? Nouvelles taxes, retard aux douanes, arrêt des usines implantées sur le sol britannique... Elles se préparent au pire, inquiètes d'y perdre des plumes, constate Caroline Pomes dans son reportage.

Ça se passe là-bas

Le compte à rebours est de nouveau enclenché : quand allons-nous nous séparer du Royaume-Uni ? Le Brexit, dont le premier ministre britannique Boris Johnson a à plusieurs reprises répété qu'il serait définitivement réglé au 31 octobre, est-il ou non imminent ?

Le 11 octobre, les 27 Etats de l'Union Européenne ont fait le point et évalué les chances d'un accord, après une rencontre le même jour entre Michel Barnier et Stephen Barclay, les deux négociateurs du divorce. Personne n'y voit clair mais on a cru sentir venant de Bruxelles un micro souffle d'optimisme... On en parle avec Angélique Bouin, correspondante de France Inter à Bruxelles.

Ma vie au boulot

Cette semaine, Sandrine Foulon nous résume sa lecture de diverses enquêtes publiées par la DARES, la CAF et l'Insee, qui s'intéressent au rapport hommes/femmes dans le cadre professionnel. Faut-il donc faire plaisir à ses enfants en choisissant de travailler moins ?

Les invités
  • Christian PeugeotPrésident du Comité des constructeurs français d’automobiles et de l’Organisation internationale des constructeurs automobiles
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.