Ce samedi, débat sur le financement de la dépendance, une nouvelle branche de la Sécurité sociale pour laquelle il va falloir trouver de l'argent. Et focus, à travers le reportage et un entretien avec le PDG d'Orange, Stéphane Richard, sur la technologie débattue de la 5G. Pourquoi y passer et peut-on s'en passer ?

Le PDG d'Orange, Stéphane Richard
Le PDG d'Orange, Stéphane Richard © AFP / Joël Saget

L'entretien

Ce fut l'un des débats majeurs de la semaine : la France doit-elle ou non se lancer dans le déploiement rapide de la 5G ? Alors que les écologistes réclament un moratoire avant son développement. Une demande qui a suscité diverses réactions.

"Oui la France va prendre le tournant de la 5G", a rétorqué Emmanuel Macron devant des entreprises du numérique le 14 septembre, en moquant "le modèle Amish" et le "retour à la lampe à huile" que défendraient, selon lui, les anti-5G. Sur France Inter le 16 septembre, le président du Sénat Gérard Larcher a quant à lui déclaré : "Il y a un tiers du pays qui n’a pas encore un téléphone mobile de qualité : est-ce que vous pensez qu’on peut faire des moratoires alors qu’une partie de notre territoire est encore sous-équipée en matière de téléphonie mobile ?"

La 5G devrait rester en tout cas dans l'actualité puisque les enchères pour l'attribution des fréquences doivent s'ouvrir le 29 septembre. Les opérateurs se préparent, notamment Orange, dont le PDG, Stéphane Richard, répond ce samedi aux questions d'Alexandra Bensaid.

Le débat

2 min

Dépendance : qui va financer la cinquième branche de la Sécu ?

Par Juliette Goux & Valentin Pérez

C'est l'un des débats qui va prendre de l'ampleur dans les semaines à venir. Tandis que l'Assemblée nationale a voté en juillet la création d'une cinquième branche de la Sécurité sociale, pour financer la dépendance.

Mais comment la financer ? Un rapport publié cette semaine propose plusieurs options : réformer les droits de succession dès 2021 ou mettre en place un nouveau prélèvement social de 0,8 % à 1 % calculé sur l’assiette des droits de mutation pour les successions et les donations...

Alors que dit la loi ? Et où trouver l'argent pour financer la perte d'autonomie ? Béatrice Mathieu, rédactrice en chef adjointe au magazine L'Express et Christian Chavagneux, éditorialiste au magazine Alternatives Economiques, ouvrent le débat.

Le reportage

Le débat n'a cessé de prendre de l'ampleur cette semaine autour de l'arrivée future en France de la 5G. Un débat très clivé. 

Contrairement à la Corée du Sud ou la Chine, en France la 5G n’est pas encore installée. Et plusieurs acteurs existent pour préparer son installation. D'abord, les équipementiers comme Ericsson, Nokia ou Huawei - ce sont les antennes. Ensuite, il y a les opérateurs, ceux qui vont proposer des offres en 5G, c'est-à-dire SFR, Bouygues, Free et Orange. A partir du 29 septembre, auront lieu des enchères pour que ces opérateurs se répartissent les fréquences.

Ces offres, il y en aura sans doute pour les particuliers mais ceux qui disent déjà qu'ils attendent la 5G avec impatience, ce sont les industriels. Alors pourquoi la 5G fait-elle polémique et son arrivée est-elle inéluctable ? Pour le savoir, Anaëlle Verzaux est partie en reportage.

Ça se passe là-bas

Huawei, le leader mondial qui fait aussi bien des smartphones que des équipements et des logiciels pour les réseaux, est devenue la bête noire de l'administration Trump qui veut le bannir des marchés occidentaux. Cette semaine, il faut bien dire que les sanctions américaines commencent à faire très mal au géant chinois...

En France, Huawei est mis à l'écart sur la fourniture d'équipements 5G. De quoi inquiéter Pékin ? On en parle avec Simon Leplâtre, correspondant de France Inter à Shanghai.

Ma vie au boulot

La fermeture du site de Bridgestone a fait réagir nos auditeurs. Car ce n’est pas la première fois que cette situation arrive, écrit Jacqueline à Sandrine Foulon. Sa question : comment se fait-il qu’on n’arrive jamais à récupérer les aides publiques qui sont distribuées à ces entreprises ?

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.