Ce samedi, focus sur les petits commerces qui jouent leur survie. Au programme : un débat sur la menace Amazon, entre Black Friday et appels au boycott ; un reportage sur la digitalisation à marche forcée des TPE et PME. Et le regard d'un banquier, le directeur général adjoint de BNP Paribas, Thierry Laborde.

Thierry Laborde, directeur général adjoint de BNP Paribas
Thierry Laborde, directeur général adjoint de BNP Paribas © BNP Paribas

L'entretien

Face à la crise économique, les banques se retrouvent face à des entreprises et des particuliers démunis qui ont besoin d'aide, contractent des prêts garantis par l'Etat et redoutent parfois le mur du surendettement... Les très petites entreprises et petites et moyennes entreprises, particulièrement fragilisées, sont les premières dans ce cas.

Quel rôle pour les banquiers dans cette situation de crise inédite ? En font-ils assez ? Pour en parler, Alexandra Bensaid reçoit ce samedi le directeur général adjoint de BNP Paribas, Thierry Laborde.

Le débat

2 min

Amazon n'est-il qu'un profiteur de crise ?

Par Juliette Goux & Valentin Pérez

Cette semaine, Amazon a concentré toutes les attentions : des personnalités publiques ont appelé dans une tribune à son boycott, tandis que le directeur général d'Amazon France, Frédéric Duval, a défendu sur l'antenne de France Inter les positions du géant américain : "on n'est pas le grand méchant qu'on décrit aujourd'hui sur toutes les ondes". En cause ? La concurrence déloyale que mènerait Amazon face aux petits commerces, fermés à cause du confinement.

Le 19 novembre, Amazon France, face à la pression et aux demandes du gouvernement, a fini par annoncer que la plateforme reportait son Black Friday, grande opération commerciale de promotions, au 4 décembre. D'ici là, certains commerces pourraient avoir rouvert leurs portes.

Que retenir de ces polémiques ? Amazon n'est-il qu'un profiteur de crise ? Laurent Bigorgne, directeur de l'Institut Montaigne et Christian Chavagneux, éditorialiste au magazine Alternatives Economiques, ouvrent le débat.

Le reportage

Mettre en place un site, du "click and collect", s'enregistrer sur une place de marché... Les PME et TPE sont nombreuses à se jeter dans le grand bain d'Internet. Il faut dire que les Français ont un sérieux retard à rattraper.

Entre la certitude que la crise sanitaire va durer, qu'il y aura d'autres épidémies et bien sûr, pour certains, le manque de visibilité sur la réouverture, les producteurs et commerçants n'ont cette fois plus eu le choix. Mais le digital peut-il compenser les pertes du physique ?

Manuel Ruffez est parti à Nantes à la rencontre de ces entrepreneurs qui se mettent au numérique pour assurer leur survie.

Ça se passe là-bas

A l'étranger aussi, les petits commerces font l'actualité, comme en ce moment en Allemagne. Aucun des 16 Länder n' a contraint les commerçants à fermer leurs boutiques, mais on ne plaisante pas pour autant outre-Rhin avec le protocole sanitaire.

Comment vont les commerces dans ce contexte allemands dans ce contexte ? On en parle avec Ludovic Piedtenu, correspondant permanent de France Inter à Berlin.

Ma vie au boulot

Ce samedi, Sandrine Foulon répond à deux questions d'auditeurs. Celle de Vincent, agent dans un hôpital, qui veut savoir si son employeur est tenu de lui fournier du matériel pour télétravailler ? Et celle de Sabine dont l'employeur demande à elle ainsi qu'à d'autres salariés de suivre une formation pendant quinze jours dans les locaux de l'entreprise. A-t-il le droit de faire cela dans le contexte sanitaire actuel ?

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.