Cette semaine, une émission spéciale climat, à quelques jours de l'ouverture du Sommet de l'action pour le climat, attendu à l'ONU à New York le 23 septembre. Au programme : un débat sur la taxe carbone, un reportage sur la finance verte et un entretien avec Philippe Brassac, le directeur général du Crédit Agricole.

Philippe Brassac, directeur général du Crédit Agricole
Philippe Brassac, directeur général du Crédit Agricole © Pierre Olivier / Agence CAPA

L'entretien

Alors que, dans quelques jours, le Sommet de l'action pour le climat doit s'ouvrir à l'ONU à New York le 23 septembre, la société civile et les entreprises s'interrogent sur le rôle qu'elles peuvent jouer vers une économie plus durable.

Une banque peut-elle, par exemple, s'engager à devenir plus verte ? Pour en parler, Alexandra Bensaid reçoit ce samedi Philippe Brassac, le directeur général du Crédit Agricole.

Le débat

2 min

Taxe carbone, saison 2 ?

Par Khoi Nguyen & Valentin Pérez

Dans un rapport publié le 18 septembre, la Cour des comptes préconise un retour de la taxe carbone, en l'étendant au transport aérien et en exigeant en retour des contreparties pour les ménages modestes. Cette taxe, qui avait déclenché en novembre 2018 la crise des "gilets jaunes", est, juge la Cour des comptes, l'unique solution efficace et applicable pour que la France puisse atteindre ses engagements de baisse d'émissions de gaz à effet de serre.

Mais relancer le débat sur cette taxe polémique, est-ce bien raisonnable ? Emmanuel Lechypre de BFM-Business et Christian Chavagneux du magazine Alternatives Economiques ouvrent le débat.

Le reportage

Depuis cinq ans environ, un nouvel outil financier fait son apparition : il consiste à émettre de la dette sous forme d'obligation verte. Des titres, baptisés green bonds, qui ne représentent à ce jour que 2 à 3% sur le marché global des obligations mais dont certaines entreprises commencent à s'emparer. Ainsi, Engie et la SNCF en sont en France les deux principaux émetteurs à ce jour.

Mais quelle réalité pour ces pratiques d'un nouveau genre ? Peut-on vraiment croire que la finance verte va sauver la planète ? Caroline Pomes donne à y voir plus clair dans son reportage.

Ça se passe là-bas

Vendredi 20 septembre, Angela Merkel a annoncé sa stratégie climat, fruit d'une négociation gouvernementale compliquée qui a duré plus de dix-huit heures. Résultat ? Au moins 100 milliards d'euros d'investissements promis d'ici 2030, dont 54 milliards d'euros de dépenses d'ici 2023. Si cet accord est définitivement adopté en conseil des ministres, le domaine du ferroviaire public devrait notamment bénéficier de quelque 86 milliards d'euros d'investissements.

En quoi consiste ce plan en détails et quelles réactions provoque-t-il outre-Rhin ? On en parle avec Ludovic Piedtenu, le correspondant de France Inter à Berlin.

Ma vie au boulot

A l'étranger, de plus en plus d'entreprises incitent leurs employés à descendre dans la rue pour défendre le climat. L'occasion pour Sandrine Foulon de répondre cette semaine à la question d'Hugo : ne faut-il pas voir dans cette nouvelle forme d'incitation à s'engager une façon, pour les employeurs, de s’acheter une conscience écologique à peu de frais ?

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.