Après l'affaire Carlos Ghosn qui a éclaté en novembre dernier, Jean-Dominique Senard a pris ce printemps la tête de l'alliance Renault-Nissan-Mistubishi. Nouveau pilotage, possibilité de fusion, transparence, responsabilité sociale de l'entreprise, concurrence chinoise... Il répond aux questions de Fabien Cazeaux.

Jean-Dominique Senard, président de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi
Jean-Dominique Senard, président de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi © Alliance Communication/Droits réservés

Il est le successeur du controversé Carlos Ghosn, arrêté le 19 novembre 2018 au Japon car soupçonné de malversations financières : Jean-Dominique Senard, jusqu'alors président de Michelin, a pris ce printemps la tête de l'alliance Renault-Nissan-Mistubishi.

Ses missions ? Sortir de la crise, remobiliser les équipes, repenser la gouvernance... Pour évoquer ses premiers pas à son nouveau poste et sa vision pour le géant automobile qu'il conduit, il est ce samedi l'invité de Fabien Cazeaux.

Le débat

2 min

Google vs Huawei : Donald Trump est-il en train de casser la mondialisation ?

Par Khoi Nguyen & Valentin Pérez

Le 15 mai dernier, le président des Etats-Unis, Donald Trump, a interdit aux réseaux de télécommunications américains de se fournir en équipements auprès de sociétés étrangères. Une façon de cibler sans le dire les firmes chinoises.

Dans la foulée, le géant américain Google a annoncé cette semaine avoir retiré sa licence Android au concurrent chinois Huawei. Conséquence : il sera, à partir du mois d'août, impossible de profiter des services Google (le système d'exploitation Android, Gmail, YouTube, etc.) sur un smartphone Huawei. Une sanction destinée à affaiblir le concurrent chinois, que les Américains accusent d'espionnage industriel... "Depuis pas mal de temps, certains responsables politiques aux Etats-Unis ont à plusieurs reprises propagé des rumeurs à propos de Huawei, mais ils n'ont jamais pu produire de preuves", a rétorqué le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Lu Kang, le 24 mai.

Derrière ce conflit technologique, une guerre froide économique est-elle en train de naître ? Et en multipliant les initiatives protectionnistes (interdictions, sanctions, droits de douane...), Donald Trump est-il en train de casser la mondialisation ? Emmanuel Lechypre de BFM-Business et Christian Chavagneux du magazine Alternatives Economiques ouvrent le débat.

Le reportage

"On va tout péter" de Lech Kowalski
"On va tout péter" de Lech Kowalski / Revolt Cinema

En 2017, les ouvriers de l'équipementier automobile GM&S ont mené un combat très médiatisé pour sauver leur usine de la Souterraine, dans la Creuse. En janvier 2018, l'entreprise a finalement conservé 120 postes sur un total de 277, après une reprise pour un euro symbolique par l'industriel Alain Martineau.

Cette bataille pour l'emploi a été filmée pendant sept mois par le documentariste Lech Kowalski : son film, On va tout péter, a été présenté le 16 mai au festival de Cannes, à la Quinzaine des réalisateurs.

De leur usine jusqu'au tapis rouge, Maxime Debs a suivi les ouvriers de GM&S, devenus acteurs de leur histoire portée sur grand écran.

Ma vie au boulot

Cette semaine, on a appris qu'une salariée de l’établissement Cora de Saint-Jouan-des-Gérets, en Ille-et-Vilaine, a été brutalement licenciée pour avoir refusé de travailler le dimanche.

L'occasion pour Sandrine Foulon de répondre à la question de Clémentine : peut-on refuser de travailler le dimanche ?

Les invités
  • Jean-Dominique SenardPrésident de Renault et de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, ancien président de Michelin
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.