Ce samedi, rencontre avec Lucie Basch, la fondatrice et présidente de la start-up Too Good To Go qui cherche à lutter contre le gaspillage alimentaire. Au programme également : un reportage de Caroline Pomes sur l'agritech, un focus sur l'industrie allemande et un débat sur le dernier rapport de la Cour des Comptes.

Lucie Basch
Lucie Basch © Too Good To Go

L'entretien

Le Salon de l'agriculture qui doit se clore le dimanche 1er mars a mis en lumière la situation de travail des agriculteurs français mais aussi soulevé des problèmes à résoudre, tels celui du gaspillage alimentaire. Lancé en juin 2016, la start-up Too Good To Go a fait de ce combat le sien. Elle prend la forme d'une application mobile, aujourd'hui téléchargée plus de 6 millions de fois, qui met en contact des utilisateurs avec des commerçants désireux de trouver preneurs pour leurs invendus.

Lucie Basch, fondatrice et présidente de Too Good To Go, répond ce samedi aux questions de Fabien Cazeaux.

Le débat

2 min

Finances publiques : la Cour des Comptes épingle le gouvernement

Par Khoi Nguyen & Valentin Pérez

Le 25 février, la Cour des Comptes a rendu public son dernier rapport annuel. Les magistrats se sont notamment penchés sur les cas spécifiques de l'Ecole Polytechnique, de La Poste ou de Pôle Emploi. Mais épinglent aussi le gouvernement. "Le redressement des finances publiques, déjà très graduel au cours des dernières années, est aujourd’hui quasiment à l’arrêt", s'inquiètent-ils en pointant le niveau de la dette française.

Que retenir de ce rapport ? Emmanuel Lechypre de BFM-Business et de Christian Chavagneux du magazine Alternatives Economiques ouvrent le débat.

Le reportage

Dans l'exploitation d'Alexandre Letourneur, 27 ans, jeune agriculteur installé depuis deux ans à Bonnefoi, dans l'Orne.
Dans l'exploitation d'Alexandre Letourneur, 27 ans, jeune agriculteur installé depuis deux ans à Bonnefoi, dans l'Orne. / Caroline Pomes

Demain, montrent les études, les ressources agricoles ne suffiront pas pour produire suffisamment de nourriture pour tout le monde. L’enjeu pour les agriculteurs est donc de produire davantage tout en répondant aux nouvelles demandes des consommateurs qui appellent de leurs vœux une agriculture plus écologique et écoresponsable, respectueuse des animaux.

A Bonnefoi, dans l'Orne, Alexandre Letourneur utilise des robots dans son exploitation de vaches laitières.
A Bonnefoi, dans l'Orne, Alexandre Letourneur utilise des robots dans son exploitation de vaches laitières. / Caroline Pomes

Dans cette quête, le numérique, les robots, les drones, les nouvelles technologies semblent être la solution, permettant de combiner réduction de gaspillage et gain de temps. 

Aujourd'hui, les paysans forment une des catégories sociales les plus connectées. Plus de 90% utilisent internet pour leur travail. On compte plus de 400 applications mobiles pour les assister. A qui profite cette révolution numérique ? interroge Caroline Pomes dans son reportage.

Ça se passe là-bas

Alors que son impact sur l’économie reste pour l’instant difficile à évaluer, le coronavirus se répand sur un corps fragilisé par les tensions commerciales au niveau mondial. C’est notamment le cas en Allemagne dont l’économie est basée sur l’exportation et dont le PIB a déjà échappé de peu à la récession en fin d’année dernière. Le pays est affecté, via son industrie automobile, par la crise du diesel et la transition des moteurs à combustion vers l’électrique.

Focus avec David Philippot, correspondant à Berlin.

Ma vie au boulot

Sandrine Foulon répond cette semaine à une question liée à la montée des inquiétudes sur le coronavirus, Sandrine Foulon : que se passe-t-il lorsque des salariés sont mis en quarantaine ? Quel salaire et quelle prise en charge ?

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.