Ce samedi, retour sur les ratages de la vaccination. Le difficile bras-de-fer entre l'Europe et les laboratoires, la France à la traîne... Comment en est-on arrivés là ? Et, au lendemain des annonces du Premier ministre sur un couvre-feu renforcé, entretien avec le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger.

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT
Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT © AFP / Anne-Christine Poujoulat

L'entretien

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le 29 janvier, les représentants syndicaux ont été consultés par l'exécutif pour discuter de l'opportunité de prendre de nouvelles mesures de restriction face à l'épidémie. Finalement, le 29 janvier, le Premier ministre a annoncé, depuis l'Elysée, les modalités d'un couvre-feu renforcé : davantage de contrôles, une interdiction sauf motif impérieux de venir en France depuis des pays hors UE, la fermeture des grands centres commerciaux dès le 31 janvier...

Jean Castex a également précisé qu'il convoquerait, dès lundi, les partenaires sociaux à nouveau, pour faire en sorte que le télétravail soit effectivement encouragé.

Décisions face au virus, climat social, réformes... Retour sur l'actualité sanitaire et sociale avec le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger. Il répond ce samedi aux questions d'Alexandra Bensaid.

Le débat

2 min

Vaccins : comment en est-on arrivés là ?

Par Juliette Goux & Valentin Pérez

Cette semaine, l'Institut Pasteur a annoncé qu'il abandonnait son principal projet de recherche pour mettre au point un vaccin contre le Covid-19, en lien avec l'industriel allemand Merck.

En parallèle, le groupe Sanofi n'en finit pas de faire l'actualité à cause du retard pris dans le développement de son vaccin : "On va être en capacité chez Sanofi de faire ce vaccin en 18 mois", a tenté de rassurer le président de la branche française Olivier Bogillot, le 27 janvier. "Je pense qu'on n'a rien raté, on est en retard. C'est différent."

Pourtant, que ces deux institutions françaises peinent à trouver un vaccin malgré leurs ressources et la qualité de leurs chercheurs a alimenté cette semaine un débat : la France serait-elle désormais à la traîne sur ces questions ? Comment en est-on arrivés là ? Laurent Bigorgne, directeur de l'Institut Montaigne et Christian Chavagneux, éditorialiste au magazine Alternatives Economiques ouvrent le débat.

Le reportage

Michel Gour, le président de Crésus pour la région Bretagne, association de lutte contre le surendettement.
Michel Gour, le président de Crésus pour la région Bretagne, association de lutte contre le surendettement. © Radio France / Cécilia Arbona

Ce samedi, direction Quimper. Dans le quartier populaire de Ker Moi Zan, un bâtiment avec son bardage de bois. Ça pourrait être le club nautique... Mais c'est la maison des services publics, où Michel Gour répond au téléphone. Il est le président de Crésus, l'association de lutte contre le surendettement pour la Bretagne, deuxième fédération la plus importante après l'Ile-de-France. 

Il a pu observer qu'en 2020, tout a ralenti, la consommation comme les réclamations pour impayés. Mais les dossiers de surendettement aussi ont baissé.

Depuis le début de cette année, pourtant, Michel et ses bénévoles reçoivent davantage d'appels à l'aide. On parle beaucoup des ménages qui ont épargné pendant cette pandémie, mais une frange de la population, elle, se retrouve sur le fil, au bord de la précarité financière.

Qui sont ces Français les plus fragiles ? Pour en savoir plus, il faut suivre Cécilia Arbona dans son reportage.

Ça se passe là-bas

En Chine, l’économie, on l’a déjà dit, est déjà repartie. Ce qui va être mis en place à partir de lundi est d’autant plus important : la Chine, premier pollueur mondial, installe son marché des droits à polluer ce 1er février.

On connaît ça en Europe. Comment cela fonctionnera-t-il là-bas ? Et que va-t-il se passer pour les entreprises chinoises ? On en parle avec Simon Leplâtre, correspondant de France Inter à Shanghai.

Ma vie au boulot

Ce samedi, Sandrine Foulon répond à la question de Françoise. Alors que, suite aux annonces du Premier ministre le 29 janvier, le télétravail va être plus encouragé que jamais, Françoise vit à Paris mais aimerait faire la même chose depuis chez ses parents, en Charente-Maritime. Son employeur peut-il lui dire non ?

Les invités
L'équipe