A la tête de Kering, le numéro deux mondial de l'industrie du luxe, François-Henri Pinault a présenté cette semaine au G7 de Biarritz, le Fashion Pact, une initiative poussant les marques de mode à devenir moins polluantes et plus responsables. Il est ce samedi l'invité d'Alexandra Bensaid.

Le PDG de Kering, François-Henri Pinault, au palais de l'Elysée, le 23 août 2019.
Le PDG de Kering, François-Henri Pinault, au palais de l'Elysée, le 23 août 2019. © AFP / Geoffroy Van Der Hasselt

Le 23 août à l'Elysée, puis le 26 août au G7 de Biarritz, François-Henri Pinault a présenté le Fashion Pact, un accord qui engage de grands noms de la mode et du luxe à aller vers une industrie plus écologique.

Objectifs ? Atteindre zéro émission nette de CO2 d’ici 2050 et utiliser 100 % d’énergies renouvelables sur la chaîne d’approvisionnement textile d’ici 2030. Parmi les marques qui ont pris cet engagement : les propriétés du groupe Kering (Gucci, Saint Laurent, Balenciaga, Alexander McQueen...), mais aussi ses concurrents, H&M, Chanel, Zara, Versace, Burberry, Gap ou Hermès...

François-Henri Pinault, le PDG de Kering à l'initiative de ce mouvement, répond aux questions d'Alexandra Bensaid.

Le débat

2 min

Retraites : Macron change-t-il de cap ?

Par Khoi Nguyen & Valentin Pérez

Le 26 août, s'exprimant au journal télévisé de France 2, Emmanuel Macron a surpris son auditoire. Alors qu'un recul de l'âge légal à 64 ans semblait une piste de réforme probable sur les retraites, le chef de l'Etat a affirmé qu'il était davantage favorable à une remise en cause de la durée de cotisation qu'à une modification de l'âge légal.

Faut-il voir dans ce retournement le début d'un changement de cap dans la politique économique du président ? Emmanuel Lechypre de BFM-Business et Christian Chavagneux du magazine Alternatives Economiques ouvrent le débat.

Le reportage

Depuis trois ans, les chefs d’entreprise constatent que les 20-35 ans sont plus exigeants qu’avant. Ils demandent moins de décisions arbitraires venues d’en haut, plus d’horizontalité et de collectif, plus de liberté dans l’organisation du temps de travail, plus de télétravail, et surtout plus de responsabilité sociale et écologique des entreprises...

Fin 2018, un collectif d’étudiants des grandes écoles a même lancé un manifeste, baptisé Pour un réveil écologique, où ils s’engagent à ne pas travailler pour les industries polluantes. 

La jeune génération est-elle en train de bouleverser le monde de l’entreprise ? Anaëlle Verzaux se penche sur la question dans son reportage.

Ça se passe là-bas

Le 28 août, le premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé la suspension de l'activité du parlement jusqu'au 14 octobre. Une façon d'empêcher les députés de pouvoir s'opposer à un Brexit dur, le 31 octobre, craignent ses opposants...

Comment réagissent les milieux d'affaires et les chefs d'entreprises à ce coup de théâtre ?

On en parle avec Antoine Giniaux, le correspondant permanent de France Inter à Londres.

Ma vie au boulot

Le 3 septembre prochain, doit s'ouvrir le Grenelle des violences conjugales, prévu pour s'achever le 25 novembre. L'occasion pour Sandrine Foulon de nous rappeler que le travail est aussi un moyen de lutter contre ce fléau.

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.