Il pouvait nous faire rire aux larmes ou jouer les salauds, les étranges, comme personne. Michel Serrault savait incarner toutes les facettes de la folie des hommes. Et cette manière, soudain, au milieu d’une phrase, de lever les yeux au ciel…

Michel Serrault dans La cage aux folles, un film d'Edouard Molinaro
Michel Serrault dans La cage aux folles, un film d'Edouard Molinaro © Getty / Sunset Boulevard

La démesure et la subtilité : de La Cages aux folles au notaire Martineau, interrogé par le flic Lino Ventura, Serrault pouvait tout jouer. C’était un monument. Le plus grand acteur du monde, d’après Michel Audiard, qui disait de lui : « Quand il vous regarde, on ne sait pas s’il observe un bouton que vous avez sur la figure ou s’il va vous tirer froidement une balle dans la tête ». Il est aussi le seul acteur français à avoir reçu 3 fois la récompense du César du Meilleur Acteur. 

Issue d'une famille catholique et modeste, le jeune Michel a la foi, et il entre au petit séminaire de Conflans à Charenton-le-Pont à l'âge de 14 ans dans l'idée de consacrer sa vie à Dieu. Mais sa passion pour le spectacle, et particulièrement le cirque, et son talent pour faire le pitre, sont les plus forts.  

Il s’inscrit au printemps 1944 dans le centre d’art dramatique de la Rue Blanche et suit des cours au conservatoire Maubel

Michel Serrault à la cérémonie des Cesar en 1996
Michel Serrault à la cérémonie des Cesar en 1996 © Getty / Pool APESTEGUY/STEVENS

Il y rencontre sa future épouse ainsi que son acolyte Jean Poiret. Après des heures de travail pour monter un spectacle ensemble, c'est finalement le 11 janvier 1953 que l'on voit apparaître le duo Poiret-Serrault sur la scène du Tabou, avec le sketch « Jerry Scott ». 

Commence alors une longue amitié entre les deux hommes qui multiplieront les représentations au théâtre et débuteront ensemble sur le grand écran avec des films comme Une sacrée Gamine, Assassin et Voleurs... Petit à petit, aussi, ils font carrière à part. Serrault résumera leur trajectoire qui se sépare par cette formule géniale : « Divorce à l’amiable pour cause de succès réciproque ».

Il y a toujours des moments clés dans une carrière d’acteur. La belle vie de cinéma de Michel Serrault commence avec Le Viager, de Pierre Tchernia, en 1972. Une comédie de plus ? Oui, mais formidablement écrite !

C’est tout de même son personnage d'Albin qui lui vaut, en 1979, le César de l'interprétation masculine dans La Cage aux folles, de Edouard Molinaro.  

Plus de détails sur la vie et la carrière de l'acteur dans cette première partie !

Les références de l'émission : 

Assassins et Voleurs, Sacha Guitry, 1957

La Chasse à l'homme Édouard Molinaro, 1964

Les Gaspards, Pierre Tchernia, 1973

L'Ibis Rouge, Jean-Pierre Mocky, 1975 

La Gueule de l'Autre, Pierre Tchernia, 1979

Les musiques de l'émission : 

Chevalrex, Le grand absent, 2018 

Father Jonh Misty, Disapointing diamonds are the rarest of them all, 2018

Régine, la Grande Zoa, 1966 

Générique 

Le générique de l'émission, est Naked life signé GO. Ecoutez l'intégralité du morceau :  

3'35

Naked Life par Go

Par France Inter
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.