Parce que c'était nous, parce que c'était Louis... Aujourd'hui, première partie du portrait d'un monument de la "comédie française", dont la vie fut aussi romanesque que celle des personnages qu'il a incarnés à l'écran.

Louis de Funès sur un tournage en 1980
Louis de Funès sur un tournage en 1980 © Getty / REPORTERS ASSOCIES

Du Gendarme de Saint-Tropez à Fantômas, en passant par Rabbi Jacob, Louis de Funès demeure l'un des acteurs emblématiques d'une génération du cinéma français. 

Il est issu d'une famille espagnole à l'origine plutôt aisée. Il ne gardera pas de nombreux souvenirs de son père car celui-ci quitte le domicile familial pour s'envoler vers le Vénézuela alors que le petit Louis a à peine cinq ans. Sa mère l'inscrira dans divers établissements ; Louis parviendra à se faire expulser de la plupart d'entre eux. Il enchaîne les petits boulots et notamment celui de pianiste de bar, instrument qu'il pratique depuis le plus jeune âge à l’initiative de sa mère. 

Il commence à côtoyer le monde du cinéma dans les années 1930 en acceptant de petits rôles de figurants, notamment dans Les deux Orphelins de Maurice Tourneur. Louis continuera sur cette lancée jusqu'en 1953, date à laquelle son talent commence a être reconnu, comme dans le film  Ah! les belles Bacchantes de Jean Loubignac. Trois ans plus tard, en 1956, Louis de Funès se mesure au « grand » Jean Gabin dans La Traversée de Paris, et bien entendu ce film a un rôle déterminant dans le lancement de carrière de l'acteur. 

Dans les années 1960, Louis de Funès obtient le premier rôle dans Pouic-Pouic, aux côtés de Jacqueline Maillant, un duo très apprécié et dans lequel Louis de Funès a enfin une place de choix bien méritée. 

Et comme une carrière longue de quarante années et de plus de 80 films ne sauraient être résumés en une heure, rendez-vous demain pour la deuxième partie de la vie de Louis de Funès !

Filmographie sélective : 

Extraits audio et archives INA : 

  • Les Feux de la Rampe, captation du 4 décembre 1971.
  • Documentaire Louis de Funès intime de Serge Korber, 2007.

Retrouvez-nous aussi sur Facebook et Twitter (@OdicinoG) !

Programmation musicale
  • JULIETTE ARMANET

    A la folie (remix)

    2018

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.