• Les chroniques de Souad Belhaddad , Daniel Fievet et Yasmina Benbekaï

Daniel Fievet reçoit le photographe Jacques Honvault à propos de son exposition à l'espace des sciences Pierre-Gilles de Gennes à Paris: "Ess(ci)ence des choses".

Jacques Honvault - exposition L'ess(ci)ence des choses
Jacques Honvault - exposition L'ess(ci)ence des choses © Radio France

Plus d'informations sur l'exposition :

À la lisière entre art, sciences et prouesse technique, la nouvelle exposition de Jacques Honvault se compose d'une série de photographies, réalisées grâce à d’ingénieux dispositifs et qui donne à voir la face cachée d’événements simples. En utilisant un flash de 3 millionièmes de seconde, Jacques Honvault révèle le spectaculaire dans l’ordinaire, ou comment un phénomène physique provoque une émotion esthétique : ballon qui éclate en forme de pieuvre, liquide bondissant hors d’un verre, autant de visions dont l’œil peine à accepter la réalité. L’artiste aborde également une nouvelle approche, basée sur le procédé de la synthèse différentielle : analysant la différence entre deux photographies, il révèle les effets insoupçonnés de l’air, du poids, de la température. Un Paris inédit se dévoile alors, où les lois physiques en action sculptent les monuments et les mouvements de population. Pour la première fois, il nous est donné de voir à l’œil nu la tour Eiffel grandir, les ponts s’affaisser, l’Arc de Triomphe se lézarder… Au fil de 16 photographies, accompagnées de vidéos artistiques ou explicatives et d’une installation interactive, Jacques Honvault nous convie à un voyage au cœur des merveilles invisibles qui peuplent notre quotidien.

L'exposition se tiendra jusqu'au 30 avril.

Ce soir, Souad Belhaddad invite le comédien / humoriste Arnaud Tsamere qui nous présentera son spectacle "Choses promises" qui se tient tous les mercredis, jeudis, vendredis et samedis du mois d'avril au théâtre l'Européen à Paris dans le 17e.

Chose promise - Arnaud Tsamere
Chose promise - Arnaud Tsamere © Radio France

Résumé :

Afin de respecter la promesse faite à un ami très bourré et logiquement décédé dans un accident de voiture, un modeste professeur d’économie se retrouve sur scène. Une histoire a priori peu propice au rire, sauf quand Arnaud Tsamère entreprend de la raconter. Passant sans cesse du coq à l’âne, il enchaîne les digressions d’une jubilatoire absurdité (texte coécrit avec Arnaud Joyet et François Rollin). Excellent comédien, il réalise aussi une vraie performance en incarnant, sur un rythme échevelé, tous les personnages d’un vaudeville. Drolissime.

Yasmina Benbekaï sera en compagnie de Nicolas Teurnier qui nous parlera du magazine dont il est le rédacteur en chef: "Soul Bag". Ce trimestriel français qui existe depuis 1968 est consacré au blues et à la musique soul. Retrouvez des artistes comme Etta James (à qui la une du dernier magazine est dédiée) et laissez vous porter par le soufle soul du studio 72 de France inter. Le lien du site est au bas de la page.

Soul Bag
Soul Bag © Radio France
  • Les invités de Tania de Montaigne et Alexandre Héraud

Ce soir, ce seront les comédiens de la pièce de Jean-Christophe Dollé (lui-même comédien) qui seront mis à l'honneur dans l'émission; l'occasion pour nous de découvrir la pièce "Abilifaïe Leponaix" qui traite de la schizophrénie et qui se joue au Ciné 13 Théâtre du 04 au 15 avril. Cette pièce fait échos à l'actualité et met le doigt sur un point sensible: le traitement des malades mentaux fait actuellement en France l’objet de remises en questions qui nous font revenir 30 ans en arrière. Les hôpitaux de jour licencient du personnel encadrant. Les locaux de Maison Blanche, le plus grand hôpital psychiatrique d'Île de France, vont prochainement céder la place à__ des logements destinés aux visiteurs d’Euro-Disney.

Abilifaie Leponaix - Jean-Christophe Dollé
Abilifaie Leponaix - Jean-Christophe Dollé © Radio France

Résumé de la pièce par Jean-Christophe Dollé:

Personne n’écoute les fous, pourtant leurs propos, s’ils sont parfois incohérents, témoignent d’une réalité indubitable : la souffrance. Le Théâtre doit leur redonner la parole. Je suis donc allé à leur rencontre. D’abord à travers des forums sur le net. Puis j’ai rencontré des proches de malades. Enfin je leur ai parlé, à eux, les fous. Et j’ai vu des gens. Pas comme les autres, certes, mais des gens. Et de ces rencontres sont nés mes personnages.

Maxence s’enveloppe de film plastique parce qu’il a peur que son corps ne se disloque, Antoine écrit au président de la république persuadé d’en être le conseiller, Soizic se cogne la tête pour faire taire ses voix et Ketty voit son visage changer de forme dans son miroir. Montrer la figure du fou sous l’angle de la souffrance, c’était le moyen de rétablir un dialogue entre eux et nous.

C’était s’éloigner de tous les clichés véhiculés dans la presse. C’était passer au-delà de la peur. Parler de leur souffrance. Une souffrance psychologique mêlée aux effets physiques des médicaments, un tourment incessant qui pousse souvent au suicide.

Car, loin du mythe du psychopathe meurtrier, si le schizophrène est dangereux, il l’est avant tout pour lui-même.

Les liens

Arnaud Tsamere

Magazine Soul Bag

Compagnie Fouic - Abilifaïe Leponaix

Jacques Honvault - Engineering Art

Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.