Musique, autour d'Aurélie Sfez

Alpha Blondy- Mystic Power
Alpha Blondy- Mystic Power © radio-france

Alpha Blondy , de son vrai nom Seydou Koné , est un chanteur de reggae né en Côte d'Ivoire à Dimbokro en 1961.

Inscrit à l'internat au lycée Korhogo, il monte un groupe de musique avec ses copains qui devient les Atomic Vibrations. En 1976, désireux d'apprendre l'anglais et de perfectionner cette langue, il part pour les Etats-Unis, à New York. Il s'inscrit à la Geneva School of busines, puis au Hunter College. Il enchaîne les petits boulots alimentaires et part finalement au Texas suite à une maladie. Toute la période new-yorkaise a été celle marquée par une approche de la philosophie rasta. Il est présenté au groupe The Sylvesters dont il jouera en première partie de concert. Sous la houlette de Clive Hunt, il enregistre huit titres. Au bout de quatre ans sans succès aux Etats-Unis, Alpha Blondy décide de rentrer en Côte d'Ivoire.

En 1982 il sort son premier album Jah Glory . C’est sur cet album que l’on retrouve le titre « Brigadier Sabari » qui dénonce les violences dont la police est coutumière, titre qui remporte un franc succès en Côte d’Ivoire et qui est à ce jour l’un de ses plus grands succès.

Avec son groupe le Solar System, l'artiste se produit aux quatre coins de la planète, portant haut les couleurs de l'Afrique et de son pays, la Côte d'Ivoire.

Alpha Blondy compte à son actif une quinzaine d’album, et se démarque pour ses prises de positions politiques. Il est considéré comme l’une des stars internationales les plus populaire de la musique afro/reggae depuis la mort de Bob Marley. Il est par ailleurs ambassadeur de l’ONU pour la paix en Côte d’Ivoire.

Il sort en 2013 un nouvel album : « Mystic Power ».

Concerts :

21 Mars, La laiterie, Strasbourg22 Mars, Kabaret champagne music hall, Tinqueux23 Mars, La Rodia, Besançon1er Avril, Olympia, Paris4 Avril, Stereolux, Nantes6 Avril, La Sirène, La rochelle12 Avril, La Carene, Brest13 Avril, le 106, Rouen26 Avril, Le phenix, Printemps de Bourges

Sababou
Sababou © radio-france

Tiken Jah Fakoly , de son vrai nom Doumbia Moussa Fakoly est un chanteur de reggae né le en 1968 à Odienné en Côte d'Ivoire.

Tiken Jah Fakoly est le nouveau symbole du reggae africain. Il cultive un reggae 100% roots aux couleurs de l'Afrique, son pays, mais aussi profondément inspiré par les vibes jamaïcaines. Il a d'ailleurs rencontré, en Jamaïque, les plus grands noms du reggae (Sizzla, Buju Banton, U-Roy, Clive Hunt...).

Il découvre assez tôt la musique reggae et monte son premier groupe Djelys , en 1987. C’est en 1998 qu’il monte pour la première fois sur une scène Parisienne. Dès lors, il joue dans de nombreux festivals français et obtient la Victoire de la musique en 2003 dans la catégorie album Reggae/Ragga/World pour l'album Françafrique.

Rasta musulman, Tiken Jah Fakoly partage plusieurs cultures qu'il défend. Il parle également plusieurs langues et chante son reggae pour tout le monde. Concerné par les problèmes de son pays, il n'hésite pas à dire ouvertement ce qu'il pense, à citer des noms et à montrer les plaies du doigt. Il alterne le français et le dioula, sa langue maternelle, qui se marie très bien à ses textes engagés et colorés. Chanteur militant, il prône pourtant la paix et l'unité et revendique ses idées sans violence. "Notre rôle en tant qu'artiste est de calmer le jeu et d'informer les gens sur ce qui se passe vraiment ".

Sur scène, sa réputation n'est plus à faire. Il remplit des stades entiers en Afrique. Véritablement charismatique, il sait parler aux foules n'hésitant pas à fustiger son auditoire et à calmer les esprits surchauffés.

Il nous présente le documentaire "Sababou", réalisé en 2012 par Samir Benchikh qui sort en salle au cinéma, aujourd’hui, 06 mars 2013. Dans ce documentaire, c’est l’espoir qui donne la force d’avancer à Rosine, Diabson, Michel et Tiken Jah Fakoly. Leurs destins se croisent et portent le message qu’une Afrique plus humaine est possible. Et s’il suffisait d’un petit rien pour que tout change là où tout semblait perdu ?

La chronique de Daniel Fiévet

sidération
sidération © radio-france

invités : Jean Lambert-Wild et Gérard Azoulay

Jean Lambert-Wild est auteur, metteur en scène et directeur de la Comédie de Caen. Il nous présente son nouvel projet : « Jean Lambert-wild en impesanteur », entre le 18 et 29 mars 2013 (dates de vol : les 26, 27, 28 Mars à Mérignac). Il est accompagné de Gérard Azoulay, responsable de l'observatoire spatial du Cnes et créateur et directeur artistique du festival sidération -le festival des imaginaires spatiaux. La troisième édition de Sidération propose au public de découvrir un panorama étonnant de créations et performances artisitiques. Sur le thème de la différence, Sidération se tiendra du 22 au 24 Mars 2013 au siège du CNES .

« Des artistes en impesanteur »

"Des artistes en impesanteur" est une résidence unique au monde imaginée par l’Observatoire de l’Espace, la fabrique culturelle du CNES (l'agence spatiale française). Depuis 2006, cette résidence offre l’opportunité à des artistes (Kitsou Dubois, Pierre Meunier, Vincent Ravalec, etc.) de se confronter à l’Espace en embarquant à bord de l’Airbus A300 Zéro-G et de nourrir leur création de cette expérimentation.

Cet avion, spécialement aménagé et dédié aux expériences scientifiques, effectue lors de chaque vol une série de 30 paraboles, recréant ainsi, à chacune d’entre elles, 22 secondes de microgravité artificielle.

Les vols paraboliques sont un moyen d’accès essentiel à la micropesanteur. Initialement utilisés pour l’entraînement des astronautes, les vols paraboliques sont aujourd’hui consacrés à des expériences scientifiques et à des essais technologiques d’équipements spatiaux.

L’Observatoire de l’Espace du CNES et le Programme Création et imaginaire spatial

L’Observatoire de l’Espace est créé en 2000 avec l’ambition de replacer l’Espace au centre de préoccupations patrimoniales, historiques et artistiques. Il a pour mission d’élaborer une politique culturelle inédite à la croisée de plusieurs aspirations de politiques publiques. Dans cette perspective, Gérard Azoulay, curator de cette fabrique culturelle du CNES construit et met en oeuvre des programmes afin de favoriser l’irruption de la création, de l’art et du patrimoine au sein d’un univers à dominante scientifique et technique.

Le programme Création et imaginaire spatial de l’Observatoire de l’Espace, et dans lequel s’inscrit la résidence «Des artistes en impesanteur», jette des passerelles entre les disciplines scientifiques du monde spatial et la création artistique. La fabrique culturelle du CNES accompagne, ponctuellement ou sur la durée, des artistes d’horizons différents en leur permettant un accès privilégié à l’univers spatial sous des formes les plus diverses (archives sonores, photos, instruments, visites de laboratoires, rencontres avec des acteurs du monde spatial, etc.). Au contact de ce matériau, chaque artiste construit et présente, à l’occasion de rendez-vous comme Sideration , une oeuvre aussi originale qu’étonnante. Une oeuvre qui vient enrichir l’imaginaire collectif de notre société.

L'agenda culturel d'Alexandre Héraud

Fans attitudes
Fans attitudes © radio-france

invité : Stéphane Malfettes

Stéphane Malfettes est programmateur pour le spectacle vivant au musée du Louvre et auteur. Il écrit pour les revues Art Press, Particules, Volume, Mouvement et les hors-séries des Inrockuptibles. Attentif aux interactions entre cultures populaires et création artistique, il a publié une série de textes sur les fans de rock et leurs représentations dans l’art contemporain. Son dernier livre, American Rock Trip (éd. Zones Sensibles, 2012), jette son dévolu sur les musées et autres curiosités patrimoniales que les Américains consacrent à leurs musiques populaires (blues, rock, country…). Il est cofondateur de SuperTalk, une maison de conférences menées en mode standup avec images et son en double ration.

Il vient nous présenter l’exposition : « Fan attitudes : images de l’adoration » dont il est le commissaire. L’exposition est présentée du 8 Mars au 4 Mai 2013, au 106, Scène de Musiques Actuelles à Rouen.

Depuis les premiers déhanchements d’Elvis Presley, l’inconscient visuel du rock s’est structuré en exacerbant la réalité hystérique des corps : ceux des stars, bien sûr, mais aussi ceux de leurs admirateurs et admiratrices. Ces représentations constituent aujourd’hui la matière première de nombreux artistes qui mettent en scène les expressions paroxystiques de l’adoration. Les fans sont d’autant plus photogéniques et fascinants que leurs attitudes révèlent, à des degrés parfois extrêmes, l’emprise de nos passions ordinaires sur le cours de nos vies. Le rock est en effet bien plus qu’une musique : une indiscutable puissance de transformation de notre rapport au réel. En faisant dialoguer une grande variété de supports – photos, vidéos, sculptures, dessins, installations multimédia, affiches –, l’enjeu de l’exposition est de montrer comment l’individu construit une identité qui lui est propre à partir de représentations standardisées qu’il fait siennes. À travers le regard des artistes, c’est la créativité des fans qui s’exprime. Plus que toute autre forme d’art, le rock se perpétue par contagion d’enthousiasme.

Evénement(s) lié(s)

Participez à Ouvert la nuit !

Les liens

Alpha Blondy

Tiken Jah Faloky

le 106

Festival Sidération

Centre national d'études spatiales (CNES) Établissement public à caractère industriel et commercial, le Centre national d’études spatiales (CNES) est chargé de proposer au gouvernement la politique spatiale de la France au sein de l’Europe et de la mettre en oeuvre.

Blog de Jean-Lambert Wild

Festival du Film Asiatique

Les invités

Les références

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.