Nés à l’aube des années 90 au sein de l’hexagone – exception faite du chanteur natif de Jersey (UK) – , les six garçons des Von Pariahs sont de véritables petits-enfants du rock, issus d’une génération à qui la Toile a permis d’ingurgiter et de digérer 60 ans de rock’n’roll et d’expérimentations musicales tant organiques qu’électroniques… Un infini champ des possibles qui leur permet aujourd’hui de régurgiter un son si singulier. Pas la pâle resucée du son 80’s marquété qui inonde les ondes, mais bien l’aboutissement éclairé d’une maturation somme toute rapide qui, débutée en 2009 sous l’égide du garage 60’s, du punk façon Stooges et du rock actuel à la Strokes ou Arctic Monkeys, les amène aujourd’hui à nous servir un brûlot à la fois post-punk, cold wave, shoegaze… se rapprochant de figures majeures comme Echo & The Bunnymen, The Cure ou Joy Division. Luz, fin gastronome rock, ne disait pas moins le contraire après les avoir vus en live, affirmant que “Ian Curtis n’est pas mort, il se bourre la gueule à Nantes avec le plus prometteur des jeunes groupes français les Von Pariahs, voix interpolesque et son Joy-Strokesien !!”. Plus d'infos sur leur site internet.

von pariahs
von pariahs © Radio France / DR
Von Pariahs
Von Pariahs © Radio France / DR

Olivier Comte est acteur. Une centaine de spectacles, des festivals d'Avignon in et off, de la radio, quelques films il est un artiste fier de l'être et exigeant dans ses choix. Privilégiant les textes importants du répertoire classique et contemporain, il a travaillé essentiellement sur les planches des théâtres de France mais aussi, plus récemment, au Japon, en Italie, en Espagne, aux Pays-Bas, en Suisse, au Maroc, en Roumanie, en Hongrie et en Moldavie. Ses derniers rôles au théâtre sont « Gengis parmi les Pygmées » (2° partie) dans le rôle de Gengis, un texte du dramaturge anglais Gregory Motton mis en scène par Véronique Widock, et un monologue intitulé « La gueule du Loup » de François Chaffin mis en scène par Valérie Dassonville. Il écrit des chansons pour le chanteur Bonzom qu'il met en scène au Théâtre de la Ville et à la Cité de la Musique. Il crée en 2001 Les Souffleurs, commandos poétiques, une tentative de ralentissement du monde, une posture éthique, un engagement d'artiste, une aventure poétique qui avance. Les Souffleurs s'inscrivent "dans l'évidence du clignotement général du monde, usent de la nécessité vitale du droit d'irruption poétique (et) pratiquent l'art contre le divertissement, l'essentiel contre le stratégique, le jubilatoire contre le conventionnel" (site des souffleurs)

Olivier Comte Souffleurs commandos poétiques
Olivier Comte Souffleurs commandos poétiques © Radio France / DR
Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.