Blaise Parinaud et Louis Bozon

Tania de Montaigne sera avec Blaise Parinaud (le fils d'André Parinaud) et Louis Bozon pour nous parler du coffret Marlène Dietrich, Monstre sacré qui sort en partenariat avec Radio France et l'INA et distribué par Harmonia Mundi.

Entretiens avec Marlène Dietrich
Entretiens avec Marlène Dietrich © Radio France

Résumé : Marlène Dietrich ne parle pas volontiers de sa vie : elle a toujours refusé d’écrire ses mémoires, ce qu’elle fit malgré tout en 1984 avec «Marlène D».

Alors au fait de sa gloire, elle choisit de se raconter au micro d’André Parinaud et de Paul Giannoli. Une conversation à bâtons rompus, dans un français parfait, ponctuée de souvenirs et d’anecdotes, qui nous emmène dans son sillage de «monstre sacré» de Berlin à Hollywood. «Monstre sacré, vamp, star, actrice, chanteuse, épouse, mère, maîtresse, amie, à vous de choisir le terme qui la définit le plus précisément.» Louis Bozon (texte du livret)

Ces entretiens inédits réalisés en 1963, raisonnent comme un testament radiophonique, vingt ans après sa disparition…

«Les seuls amis dignes d’intérêt sont ceux que l’on peut appeler à quatre heures du matin.» Marlène Dietcrich


NLF3 & Erik Minkkinen

Aurélie Sfez reçoit le groupe NLF3 qui jouera en live accompagné de Erik Minkkinen pour les auditeurs de France Inter.

NLF3
NLF3 © Radio France

Ils joueront à la Cité de la musique dans le cadre des Cines-concerts Monstres et vampires jeudi 24 mai prochain avec une projection du film Le Golem , de 1920 de Paul Wegener. NLF3 a déjà accompagné de nombreux films muets : sa relecture du chef-d’oeuvre inachevé d’Eisenstein, Que viva Mexico ! , avait fait date.

Les réalisateurs expressionnistes allemands Paul Wegener et Henrik Galeen ont adapté le roman de Gustav Meyrink, qui puisait lui-même dans un vieux mythe : si le mot golem, dans l’hébreu de la Bible, a pu désigner une « masse informe », il signifia en revanche, dans la tradition populaire juive de l’Europe de l’Est, un être artificiel à forme humaine. La légende voulait que, au XVIe siècle, Rabbi Loew ait créé un golem pour protéger les Juifs habitant le ghetto de Prague ; mais la créature serait devenue incontrôlable…

Voici le teaser de la soirée du 24 mai :

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Marion Gallet - The Blaze Show

Yasmina Benbekaï , avec à ses côtés la danseuse Marion Gallet , nous parlera du Blaze Show, le spectacle de street dance qui se déroulera au théâtre du Grand Rex à Paris du 16 au 20 mai.

The Blaze Show
The Blaze Show © Radio France

Alliant rythmes "clubbing", West End et Live, BLAZE est un show de Streetdancing des plus énergiques porté par certains des plus grands DJs, B-Boys et Streetdancers du moment. Mis en scène par Anthony van Laast, grand metteur en scène et chorégraphe originaire du West End, le spectacle BLAZE met en scène les meilleurs streetdancers et breakers du monde avec une chorégraphie orchestrée par les artistes les plus talentueux de tout le Streetdance.


Aléas [16.9-24]

Gwenaëlle Abolivier nous parlera de la pièce Aléas [16.9-24] de la compagnie Maboule Distorsion.

Aléas [16.9-24]
Aléas [16.9-24] © Radio France

Résumé : Aléas [16.9-24] Drôle de nom n'est-ce pas ? Et pourtant... quoi de plus aléatoire que l'air ? Car c'est bien de cela qu'il s'agit ici, et c'est sous cette forme qu'il vous sera présenté : incontrôlable, inquiétant, aux circulations imprévues, hasardeuses, et parfois risquées. Quant à son matricule, il fait référence à l'identification d'un aléa particulier, celui du gonflage d'une certaine chambre à air... La compagnie se lance dans une nouvelle forme de détournement, via l'utilisation d'un élément impalpable et léger, même si parfois violent : l'air. Alliant la précision du geste et de la manipulation d'objets à la dérision du clown contemporain, les 3 comédiens tissent un univers (d)étonnant, où la douceur se mêle à la dérision et à l'irrationnel. Un voyage aux embruns poétiques et inquiétants...


Alexis Gloaguen

Alexandre Héraud invite Aléxis Gloaguen pour nous parler de son livre, Chambre de veille , qui met le cap sur l'île de Ouessant, ce bout du monde de l'hexagone.

Chambre de veille
Chambre de veille © Radio France

Résumé : Alexis Gloaguen, poète et professeur de philosophie, après avoir passé plusieurs années à Saint-Pierre et Miquelon, vient d’effectuer l’hiver dernier un séjour de 4 mois en résidence d’écrivain au sémaphore du Créac’h à Ouessant. La « chambre de veille » est le petit joyau qu’il nous livre après cette expérience d’écriture face à l’océan, au vent, au granite, à la lande, et sous le balayage des rayons du grand phare. Un passage « du sémaphorique au métaphorique » comme il l’écrit avec humour et délicatesse. Isolé dans sa chambre de veille, l’écrivain regarde vers le large : « L’ouest est toujours l’horizon d’où interroger l’énigme, à l’orée du murmure du pays des morts ». Ecrire une île, écrire la mer, est pourtant une gageure : « Pour rendre la brutalité des émulsions de la mer, il faudrait un nouveau langage. » C’est ce langage qu’Alexis Gloaguen nous invite à partager avec générosité. Peu à peu, on se laisse porter par l’écriture, empreinte d’une certaine nostalgie, comme celle des marins revenus sur l’île : « ils gardaient ce regard particulier, moins absent que dénué de point focal »…

Un texte profond, sensible, ouvert sur le monde et sur l’île, et qui deviendra, souhaitons-le, un des « classiques » consacrés à cette île du bout du monde.


__

Les liens

NLF3

Cie Maboule Distorsion

The Blaze Show

Les invités
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.