Hervé Niquet

Tout à la fois claveciniste, organiste, pianiste, chanteur, compositeur, chef de chœur et chef d'orchestre, Hervé Niquet est l'une des personnalités musicales les plus inventives de ces dernières années, reconnu notamment comme un spécialiste éminent du répertoire français, de l'ère baroque à Claude Debussy. Il aborde le métier de musicien, comme un véritable chercheur, préférant revenir aux sources pour dépasser les conventions et les usages . Il développe son goût pour le travail sur les partitions originales et pour la recherche des intentions premières du compositeur au cours de ses études. Il a l'occasion de travailler, en tant que chef de chant à l'Opéra de Paris, avec Rudolf Noureev et Serge Lifar qui collaboraient directement avec les compositeurs des ballets, ce qui l'amène à une réflexion sur l'authenticité de l'interprétation et l'importance de la transmission en direct.

Il crée Le Concert Spirituel en 1987 , avec pour ambition de faire revivre le grand motet français. En vingt-cinq ans, la formation s'est imposée comme une référence incontournable dans l'interprétation du répertoire baroque, redécouvrant les œuvres connues et inconnues des compositeurs français, anglais ou italiens de cette époque. Il se produit dans les plus grandes salles internationales.

Pour la saison 2013-2014, Hervé Niquet est en résidence au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles (BOZAR) . Il y donnera un concert avec la complicité d’Anne Sofie Von Otter et dirigera Le Concert Spirituel dans Les Fêtes de l’Hymen et de l’Amour de Rameau et la Messe à 40 voix solistes de Striggio. Depuis la rentrée 2011, Hervé Niquet est Directeur musical du Chœur de la Radio flamande et premier chef invité de son pendant orchestral, le Brussels Philharmonic . Il dirigera, entre autres, cette saison, des œuvres de Mendelssohn ou encore de Félicien David, à la tête de ces formations. Hervé Niquet est le nouveau directeur artistique du Festival de Saint-Riquier – Baie de Somme.

Pierre Haski

Journaliste grand connaisseur de la Chine, Pierre Haski retrace le parcours d'Ai Weiwei, très vite en porte-à-faux avec les autorités : détournement d'objets, de marques... mais aussi d'évenements aussi forts que le terrible tremblement de terre dans la région du Sichuan provoquant l'effondrement d'écoles sur des enfants. Les photos prises par Ai Weiwei et postées sur son blog l'ont rangé du côté des dissidents par le pouvoir. Le photographe, architecte et plasticien chinois est-il donc si dangereux ?

pierre haski
pierre haski © Radio France / DR

Ai Weiwei

Artiste né à Pékin en 1957, Ai Weiwei est le fils du célèbre poète et intellectuel Ai Qing (1910/1996).

Après avoir étudié à la Beijing Film Academy, Ai Weiwei quitte Pékin pour New York. Il rencontre Warhol et Ginsberg et abandonne progressivement la peinture pour la photo. Il revient à Pékin en 1993, et fonde la China Art Archives & Warehouse, un espace dédié aux artistes de l’avant-garde chinoise.

ai weiwei
ai weiwei © Radio France / dr

A la fois architecte, sculpteur, photographe, blogueur et adepte des nouveaux médias, Ai Weiwei s’impose comme l’un des artistes majeurs de la scène artistique indépendante chinoise. Ses oeuvres, à la fois provocatrices et iconoclastes, sont exposées dans le monde entier. En 2011, les autorités chinoises l’arrêtent et le détiennent durant 81 jours. Il est remis en liberté sous caution et condamné à 15,22 millions de yuans (1,7 million d’euros) d’amende avec l’interdiction de quitter le territoire.

Le clip de sa chanson Dumbass :

Le site d'Ai Weiwei.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.