Nosfell et Anne-James Chaton à la maison de la poésie le 19 octobre

Histoire du XXème siècle. Nosfell et Anne-James Chaton présentent un premier extrait de leur récit épique où se croisent les figures féminines qui ont marqué le siècle dernier : Mata Hari, Amelia Erhard, Claude Cahun, Marylin Monroe, Janis Joplin… Inventeur d’un monde imaginaire unique, d’une langue et de personnages qu’il incarne d’une voix envoûtante, Nosfell brouille les pistes. En cinq albums cet auteur, compositeur et interprète a écrit des chansons aux approches folk, rock ou même lyrique pour son opéra Le Lac aux Vélies présenté à la Cité de la Musique et à la Salle Pleyel. Nosfell s’est produit dans de nombreux festivals et salles de concerts depuis dix ans (Rock en Seine, Printemps de Bourges, Vieilles Charrues…) Il a aussi co-composé la musique du spectacle de danse contemporaine Octopus du chorégraphe Philippe Decouflé. Il prépare actuellement son prochain album dont la sortie est prévue en 2014. Production : lebeau & associés – En partenariat avec France Culture.

nosfell chaton
nosfell chaton © Radio France / DR

Quelques informations supplémentaires

Léa Le Bricomte au 104 à Paris jusqu'au 3 novembre

La pratique de Léa Le Bricomte est articulée autour de son corps. Celui-ci est l’axe et le départ de chacun de ses projets. Elle génère ainsi une réflexion plurielle autour de concepts précis qu’elle multiplie et chahute : le corps, l’objet et l’image. Elle puise ses références au creux d’une période féconde et expérimentale de l’histoire de l’art, les années 1960-1970, en sollicitant des questions posées par les artistes issus de l’art corporel ou encore du Nouveau Réalisme. Deux mouvements dont les principaux acteurs sont profondément marqués par les mécanismes duchampiens qui trouvent une résonance dans l’œuvre de Léa Le Bricomte. Des mouvements historiques qu’elle a digérés en s’appropriant des problématiques précises (corps – objet – peinture) afin de dialoguer avec elles, de les poursuivre et de donner forme à de nouveaux objets, de nouvelles images en accord avec une vision personnelle de l’humain et de son environnement. Avec pertinence, elle allie ready-made (objets manufacturés – sériels), savoir-faire spécifiques (pièces artisanales – uniques) et actions (organisme – corps – mouvement) pour élaborer ce qu’elle nomme l’esthétique sécrétionnelle.

léa le bricomte
léa le bricomte © Radio France / léa le bricomte

Léa Le Bricomte s’approprie des références, des objets, des rencontres, des expériences. « Je me nourris du contexte ; tel un ver de terre qui ingère son milieu, il traverse le contexte tout en étant traversé par le contexte. » Elle les rumine, les travaille et les restitue de manière syncrétique. Au moyen d’une pratique protéiforme et multiréférentielle, elle apporte des éléments de réponses sur une réflexion globale axée sur l’humain : ses rapports avec la nature, ce qui lui échappe, mais aussi ses dérives, son devenir, ses perditions, ses contradictions et ses possibilités qu’elle observe par le prisme de ses productions.

Exposition du 24 au 27 octobre.

Sanghon Kim

Illustrateur et Directeur artistique de talent, Sanghon Kim dévoilera les travaux préparatoires de son premier court métrage d’animation à 12Mail en septembre : dessins originaux et collaborations visuelles qui lèveront le voile sur un univers de science-fiction unique.

sanghon kim
sanghon kim © Radio France / sanghon kim

SANGHON KIM « Echo » Jusqu'au 8 novembre 2013. 12Mail / Red Bull Space, 12 rue du Mail, 75002 Paris.

Quelques oeuvres de Sanghon Kim

La chronique de Pom Pom Boy : le MaMa invite Les Electropicales, festival de musiques électroniques et d'arts visuels sur l'Ile de la Réunion.

Electropicales
Electropicales © Radio France

Chaque année le MaMA colonise ce qu’on appelle à Paris le « boulevard de la chanson », entre la Place de Clichy et Barbès, où l’on dénombre il est vrai un certain de nombre de salles de spectacles. Le MaMA c’est 3 jours de concerts, de soirées, de débats et de rencontres entre professionnels de la musique et c’est aussi l’occasion de découvrir des festivals et des artistes du monde entier. Et en ce début d’automne, Pom Pom Boy avait envie de vous faire respirer l’air des Tropiques puisque cette année le MaMA a invité Les Electropicales . Les Electropicales c’est un festival qui se tient courant mai sur l’île de la Réunion et qui se veut le parabolèr (en créole dans le texte) c’est-à-dire la caisse de résonnance d’une scène électro réunionnaise dynamique et audacieuse. Avec Sébastien Broquet , programmateur des Electropicales, Labelle, qui vient de sortir "Ensemble" son premier album et Alex Barck , membre du collectif berlinois Jazzanova qui a enregistré "Reunion" son premier album solo lors de l'année qu'il a passée sur l'ïle de la Réunion.La tournée des Electropicales passera par Le Sucre à Lyon samedi 19 octobre prochain et Labelle repassera en métropole le 6 décembre aux Transmusicales de Rennes.

<img src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2013/10/13f5bee2-374a-11e3-9f7b-782bcb6744eb/640_294979_mama-event-festival-paris-18.jpg" alt="MaMA" width="300" height="270" />
MaMA © Radio France
Et vous pourrez aussi profiter du MaMAvendredi 18 octobre et de pleins de concert dans les salles du 18ème et du 9ème arrondissement de Paris : Archive, Susheela Raman ou Arman Méliès . Sans oublier la soirée de clôture pour la sortie de l'album de Toxic Avengers à la Machine du Moulin Rouge

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.