Musique autourd'Aurélie Sfez

camille
camille © MURIEL DOVIC / MURIEL DOVIC

CAMILLE ET SIMON DALMAIS

Rencontre et session live avec Camille et Simon Dalmais, à l'occasion de la sortie posthume du disque de leur père H. Bassam.

Après une vie "couturée comme une carte au trésor", H. Bassam était sur le point de terminer son premier disque lorsqu'il a été emporté par un cancer à l'âge de 60 ans. Ses enfants, la chanteuse Camille et le musicien Simon Dalmais ont achevé pour lui cette ultime aventure et publient lundi "Places/Traces", album épris d'ailleurs et de liberté."Il a attendu qu'on ait tous les deux fait des disques pour faire le sien. Il nous a transmis la musique, tellement qu'on est devenus musiciens. Et une fois qu'on a été forts, c'était comme si nous étions devenus sa fondation, que nous l'avions porté, inspiré", raconte Camille à l'AFP.Né à Grenoble en 1952, Hervé Dalmais a été adopté vers l'âge d'un an par un couple de Lyonnais travaillant en Afrique. C'est en référence à Grand Bassam, ville proche d'Abidjan, qu'il avait choisi H. Bassam comme pseudonyme.

L'album, auto-produit, a été en partie financé avec l'argent de leur héritage, leur demi-soeur Sonia, productrice de spectacles et "fille indirecte" d'Hervé Dalmais, en est la productrice exécutive.Les petits-fils d'Hervé Dalmais, son épouse, le compagnon de Camille sont aussi discrètement présents sur l'album. "Places/Traces" n'est pourtant ni un témoignage familial, ni un testament, mais plutôt l'affirmation de la personnalité d'un "jeune" artiste.Très différent de l'univers musical de ses enfants, il dessine le portrait d'un homme épris d'ailleurs et de liberté, navigant entre les musiques africaine, indienne et afro-américaine, le rock et la chanson.

Places/Traces, est le premier disque d’un homme de 60 ans.

jeff mills
jeff mills © radio-france

Jeff Mills

Jeff Mills (né à Détroit en 1963) est un des pionniers de la musique techno et fait partie, aux côtés de Carl Craig, Mad Mike, James Pennington, Robert Hood ou Blake Baxter, de la seconde vague des artistes techno de Détroit

.La réputation de JEFF MILLS n’est plus à faire : il est l’un des pionniers de la musique techno aux côtés de Derrick May, Carl Craig, Kevin Saunderson ou encore Juan Atkins. Celui qui se faisait appeler à ses débuts The Wizzard (Le Sorcier) est loin d’avoir perdu sa dextérité légendaire ! Ses débuts le révèlent comme un des DJs les plus rapides du monde puisqu’il révolutionne l’idée de mix en utilisant simultanément trois disques sur trois platines différentes.

Ancien étudiant en architecture,Jeff Mills est aussi un passionné de cinéma (il anotamment conçu une sculpture-installation dédiée au cinéma de Stanley Kubrick). Adepte de science-fiction, il compose une musique en 2000 pour le film Metropolis de Fritz Lang et participe a des installations visuelles et sonores au Centre Pompidou et à la fondation Cartier.

Concerts :

Jeff Mills à la Machine du Moulin Rouge à Paris le 31 Mai.

La chronique d'Arthur Dreyfus

MAG BODARD PORTRAIT D'UNE PRODUCTRICE
MAG BODARD PORTRAIT D'UNE PRODUCTRICE © radio-france

Invité Philippe Martin pour "MAG BODARD PORTRAIT D'UNE PRODUCTRICE"

Première femme productrice de cinéma en France, Mag Bodard travaille avec les plus grands réalisateurs des années 1960 : Robert Bresson, Jean-Luc Godard, Agnès Varda, Alain Resnais, Jacques Doniol-Valcroze, Michel Deville, André Delvaux, et Jacques Demy dont elle produit Les Parapluies de Cherbourg , Les Demoiselles de Rochefort et Peau d’Âne . La plupart des productions de Mag Bodard sont considérées comme des chefs d’œuvre. Dès 1977 elle produira de nombreux films pour la télévision, dont Les Dames de la Côte et L’Allée du roi de Nina Companeez.

Portrait captivant de la plus grande productrice française, c’est sous la forme d’une conversation avec un producteur d’une nouvelle génération que nous est racontée la vie de cette femme d’exception qui traversa le XXe siècle les yeux grands ouverts, accompagnant les créateurs de la Nouvelle vague, et partageant sa vie avec le journaliste Lucien Bodard, puis avec le patron de presse Pierre Lazareff, l’un des hommes les plus fascinants de son temps. L’auteur : Philippe Martin a été le premier lauréat de la bourse du jeune producteur de la Fondation Hachette en 1990, année où il créé la société de production Les Films Pelléas , au sein de laquelle il a aujourd'hui produit plus d'une cinquantaine de longs métrages.

L'agenda culturel d'Alexandre Héraud.

 FESTIVAL LITTERATURE "ATLANTIDE
FESTIVAL LITTERATURE "ATLANTIDE © radio-france

FESTIVAL DE NANTES DE LITTERATURE "ATLANTIDE"

Invité : Patrick J. Gyger , Directeur du Lieu unique à Nantes.(né en 1971 à São Paulo au Brésil) est un historien, auteur et curateur suisse

Du vendredi 31 mai au dimanche 2 juin 2013, la Ville de Nantes inaugure Atlantide , nouveau festival des Littératures en référence au grand mythe littéraire. Placé sous la direction artistique d’Alberto Manguel, auteur, spécialiste de la lecture et disciple de Jorge Luis Borges, cet événement est porté par le lieu unique, scène nationale de Nantes et La Cité, le Centre des Congrès de Nantes. Deux lieux, situés à proximité l’un de l’autre, qui accueilleront les multiples rendez-vous imaginés pour ces trois jours d’exception en présence de plus d’une soixantaine d’auteurs nationaux et internationaux. Ouverts sur le monde, tous les écrivains et poètes réunis à l’invitation d’Alberto Manguel et des partenaires du festival débattront, échangeront autour du vaste thème Des mythes dans le présent , déclinés en rencontres d’auteurs, lectures, performances etc. Ce plateau artistique permettra aussi de témoigner de l’engagement de Nantes sur la thématique des droits de l’homme et de son ouverture sur l’Atlantique.

Depuis 1999 à 2011, Patrick Gyger est directeur de la Maison d'Ailleurs, musée de la science-fiction, de l'utopie et des voyages extraordinaires à Yverdon-les-Bains (Suisse).

Dans le cadre du musée, il a entre autres coordonné pour l'Agence spatiale européenne la publication de Innovative Technologies from Science Fiction for Space Application (ESA, BR-176, 2001) et co-fonde le symposium "Imaging the Future" sur les nouvelles technologies numériques à Neuchâtel en 20044.

En outre, est paru sous sa direction et celle de Gianni Haver (2002), De beaux lendemains? Histoire, société et politique dans la science-fiction (Lausanne, Antipodes), nommé pour le Grand Prix de l'Imaginaire 2003 (catégorie Essai). En 2005, il publie Les voitures volantes. Souvenirs d'un futur rêvé aux éditions Favre.

En 2008, Patrick Gyger ouvre l'Espace Jules Verne, une extension de la Maison d'Ailleurs dévolue à Jules Verne et aux voyages extraordinaires. Ce musée remanié reçoit le Grand Prix de l'Imaginaire 2010, catégorie "Prix européen".

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.