• Les chroniques de Yasmina Benbekaï , Aurélie Sfez et Baptiste Etchegaray :

Yasmina Benbekaï reçoit le quatuor Cabadzi , pour leur premier album Digère et recrache , sorti le 27 février 2012 (Le cirque absent). Le quatuor jouera, en live, pour les auditeurs de France Inter : Cruel(le) et Lâchons-les .

Digère et recrache
Digère et recrache © Radio France / Cabadzi

Rock ? Chanson ? Hip-Hop ? World ? Electro ? Une sono mondiale ? Inclassable... donc dérangeant. 14 morceaux visionnaires pour certains (Robots), dérangeants pour d'autres (Avant Eux / Trader). Doit-on rire ou pleurer en écoutant J'aime pas Noël ou Piscines et gamines en strings? Sans moralisme, sans fierté, le quatuor ose appuyer là où ça fait mal et préfère une parole profonde, provocante mais juste (Cruel(le) / Lâchons les) à des messages trop aseptisés. Inclassable et éclectique, voilà l essence de Cabadzi et de leur Digère et Recrache

Cabadzi sera en concert :

  • Fuzz'yon à La Roche Sur Yon (85), vendredi 2 Mars 2012 à 20h15

  • Le 45 tours à Saint-Hilaire de Riez, le 31 mars à 20h00

  • Athanor à Guérande, le 7 avril à 20h30

  • Bitch acoustic session à Nantes, le 8 avril à 16h

  • Nouveau Casino à Paris (75), mardi 10 Avril 2012 à 20h00

  • Theatre Foirail à Chemille (49), samedi 14 Avril 2012 à 20h30

  • Espace De Retz à Machecoul (44), samedi 28 Avril 2012 à 21h00

  • Place Seraucourt à Bourges (18), dimanche 29 Avril 2012 à 14h00

  • Péniche Excelsior à Allonnes, le 11 mai à 19h

  • Festival Les Dindes Folles à Rivolet, le 26 mai à 19h
Vincent Le Texier
Vincent Le Texier © Radio France / Baptiste Etchegaray

Aurélie Sfez reçoit Vincent Le Texier , pour son interprétation du rôle de Golaud dans l'opéra Pelleas et Melisande signé par Robert Wilson et sous la direction de Philippe Jordan. Pelleas et Melisande est à l'Opéra Bastille, du 28 février au 16 mars 2012.

Pelleas et Melisande
Pelleas et Melisande © Radio France / Robert Wilson

Drame lyrique en cinq actes et douze tableaux (1902)

Dans la mise en scène et les décors de Robert Wilson, Philippe Jordan dirige pour la première fois ce chef-d’oeuvre et Stéphane Degout chante le rôle de Pelléas.

Pelléas et Mélisande est tiré d’un drame en cinq actes du poète

symboliste belge Maurice Maeterlinck, que Debussy découvrit en 1893. Rapidement, il forma le projet d’en faire un opéra, car l’œuvre correspondait exactement à l’idée qu’il se faisait du livret à mettre en musique.

Il règne sur le château d’Allemonde un funeste enchantement : à peine Golaud a-t-il trouvé Mélisande dans la forêt et l’a-t-il ramenée dans le royaume de ses ancêtres qu’ils ne peuvent plus en sortir, enchaînés à un lieu qui n’est pourtant de nulle part...

Baptiste s’intéresse ce soir à la présence massive des animaux dans le champ de l'art. Cinéma, théâtre, expos… nos amis les bêtes ont le beau rôle ces jours-ci, certaines décrochent même des "Colliers d'or" ! (un certain Uggy dans un film muet oscarisé...). Elles inspirent également les artistes contemporains, dans une exposition étonnante à la Conciergerie, Bêtes off (Bêtes off , jusqu'au 11 mars à Paris)

Bêtes off
Bêtes off © Radio France / Bêtes off

Après avoir, le temps de la manifestation nationale Monuments et Animaux , colonisé divers sites à travers la France, certaines bêtes hivernent à Paris. Elles viennent peupler une forêt mystérieuse implantée au sein de la Conciergerie. En s’aventurant dans cet espace sauvage, le public fera d’étranges rencontres. Au gré de sentiers à thème – l’allée des chimères, la route du lac ou le chemin du bout du monde –, il découvrira des oeuvres surprenantes : objets de fantasme, miroirs réfléchissant nos travers et nos faiblesses ou témoins alarmants des grands enjeux environnementaux, les créatures ici rassemblées illustrent les diverses fonctions de l’animal dans l’imaginaire de nos contemporains.

  • L'invité de Tania de Montaigne :

Tania de Montaigne reçoit Gilles Rochier , pour sa bande-dessinée Ta mère la pute , parue en février 2011 (Six pieds sous terre). Gilles Rochier a reçu le prix Révélation d'Angoulême, en 2012, pour Ta mère la pute .

Ta mère la pute
Ta mère la pute © Radio France / Gilles Rochier

On était une bande, égarée dans un quartier flambant neuf au début des années 70. Des terrains vagues, des bois, les routes pas encore finis d’être goudronnées. On faisait nos 400 coups. Il y avait les “plus grands” qui nous pourchassaient en mobylettes, pour nous en faire baver dans la forêt. On se chamaillait aussi avec les gamins des cités voisines. On se passait entre nous une compil K7 qu’on écoutait en boucle sur un gros poste. Il y a avait des lieux qui avaient une aura de mystère, comme ce trou d’eau noire, dont on disait qu’il avait été formé par un avion venu se crasher. Il y avait aussi cet arrêt de bus qui nous terrifiait : la journée c’était notre point de départ vers le monde, vers Paris, mais le soir, surtout les derniers jours du mois, aucun d’entre nous n’y aurait jamais mis les pieds. La misère pousse à bien des extrémités et la rumeur voulait que pour boucler les fins de mois trop courtes, certaines femmes de la cité y passaient le soir... “Ta mère la pute”, faut pas croire, c’est pas sorti de nulle part comme expression. Et puis il y a eu cette histoire avec la K7... et là, ça c’est mal passé.

  • L'invitée d'Alexandre Héraud :

Alexandre Héraud reçoit France Bequette , pour son livre Ma grand-mère cannibale , paru en janvier 2012 (prisma presse).

Ma grand-mère cannibale
Ma grand-mère cannibale © Radio France / France Bequette
  1. Comme tant d'autres familles américaines, Franklin et Elizabeth Graves et leurs neuf enfants prennent la route de la Californie. C'est la ruée vers l'Ouest, la terre promise. Ces gens ordinaires vont devenir les héros d'une histoire extraordinaire, aujourd'hui enseignée dans les écoles américaines, le Donner Party, du nom du convoi qu'ils ont rejoint. Avec les autres migrants, les Graves vont vivre une aventure tragique. Partis trop tard d'Illinois, pris au piège d'un raccourci différent de l'itinéraire connu, confrontés au froid et à la faim dans la Sierra Nevada enneigée, ils vont vivre l'expérience la plus abominable qui soit pour l'homme. Transgresser le plus inviolable des tabous, voilà ce à quoi vont devoir se résoudre ces êtres désespérés. Car, le jour de Noël, dans un terrible blizzard, le chef de famille, Franklin Graves, appelle ses filles et leur demande l'impensable: " Mangez-moi... "

    Les liens

Le blog de Gilles Rochier

Myspace de Cabadzi

Site Officiel de Vincent Le Texier

Opéra National de Paris Site officiel du Palais Garnier et de l'Opéra bastille. Programmes, réservations.

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.