Nico Muhly, Aire de jeux

« Quand les gens me demandent comment sonne ma musique, j’ai pour habitude de botter en touche en parlant de la musique que j’aime. (…) Il m’est arrivé de m’en tirer en disant : « Eh bien, la musique que je préfère est celle de la Renaissance anglaise, des choses chorales anciennes, mais aussi un certain type de minimalisme américain des années 1960 et 1970. C’est donc à la fois amplifié et sacré, rapide et lent. Vous devriez venir écouter un concert… »

Nico Muhly est l’un des phénomènes de la musique contemporaine. Jeune trentenaire, il est considéré comme l’un des chefs de file du renouveau de la musique contemporaine. Compositeur de nombreuses musiques symphoniques et de musiques de chambre, deux opéras de sa plume, Two Boys et Dark Sisters , ont été créés coup sur coup, en 2011, à Philadelphie et à l’English National Opera et repris en 2013 à Covent Garden (Londres) et au Metropolitan Opera de New York. Il a composé pour le chorégraphe Benjamin Millepied et le New York City Ballet, pour Antony and the Johnsons mais également pour le cinéma (The Reader ). Élève et protégé de Philip Glass, il a d’abord été connu pour ses collaborations avec les musiques actuelles avant de devenir cet électron libre et heureux de la musique post-moderne.

Après David Lang en 2012 et Julia Wolfe en 2013, Les Subsistances invitent pour cette 3ème édition le compositeur américain Nico Muhly.Chaque chorégraphe choisit librement une pièce dans le corpus existant du compositeur. Les Subsistances proposent aux chorégraphes de rencontrer des musiciens avec lesquels lils travailleront durant le temps de leur résidence.

Nico Muhly
Nico Muhly © Radio France

Arthur Harari, Peine perdue

Né à Paris en 1981, Arthur Harari a fait des études de cinéma à l’Université. Son précédent moyen métrage,La Main sur la gueule (2008) a reçu de nombreuses récompenses dont le Grand Prix du Festival de Brive et le Lutin du meilleur court métrage.

Peine Perdue est sélectionné au 36ème Festival international du court-métrage de Clermont Ferrand qui se tient du 31 janvier au 8 février. __ Peine Perdue est déjà auréolé du Grand Prix dans la Compétition du Festival de Belfort Entrevues en 2013.

Synopsis

Une fin d'après-midi au bord d'une rivière, un concert près de l'eau. L'étrange Rodolphe remarque Alex, jeune homme timide qui n'a d'yeux que pour Julia, parisienne en vacances. Rodolphe entreprend de l'aider, à sa manière.

Peine perdue
Peine perdue © Radio France

Le carnet de bal de Pom Pom Boy

Cette semaine on a beaucoup parlé de la French Touch grâce aux 5 Grammy Awards récoltés par Daft Punk dimanche dernier à Los Angeles. Mais hier comme aujourd’hui, la France a toujours entretenu des relations compliquées avec les musiques de danse : en 1977 aucune maison de disque française ne voulait du 1er album de Cerrone. Et pourtant ce copain de Nile Rodgers, qui allait devenir le pape du disco à la française, a vendu 8 millions d’exemplaires de Love in C minor sorti aux Etats-Unis sur lequel il avait déjà fait apposer le sticker « french touch ». Un an plus tard John Travolta et ses cols pelle à tarte dans Saturday Night Fever allait faire entrer le disco dans tous les foyers et Cerrone cartonnait avec Supernature. Boudé par son pays, Cerrone a vécu 22 ans aux Etats-Unis.

Cerrone
Cerrone © radio-france / Cerrone/Supernature/1977

Les liens

Le site de Nico Muhly

Festival international du court-métrage de Clermont-Ferrand

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.