• Les chroniques de Stéphane Bou , Eva Bester et Aurélie Sfez :

Stéphane Bou reçoit Jacques Gaillard pour le livre Du trou au tout - Correspondance à moi-même , sorti en janvier 2012 aux éditions La découverte.

Du trou au tout
Du trou au tout © Radio France

Dans l’absence de production littéraire du philosophe de tradition orale Jean-Baptiste Botul (1896-1947), la Correspondance à moi-même occupe une place de premier plan, restée jusque-là méconnue. D’où l’importance de ce livre, qui met au jour une partie significative de cette correspondance, échangée entre Botul et lui-même pendant la « drôle de guerre », entre novembre 1939 à mars 1940. Jacques Gaillard, latiniste, chroniqueur et philologue d’excellente réputation (prix Renaudot de l’essai 1996), en donne enfin une édition aussi soignée qu’érudite, en réponse à l’ardente curiosité pour l’œuvre botulienne suscitée, en 2010, sous les yeux étonnés du monde entier, par de vertigineuses polémiques au sommet de l’intelligentsia française (ou juste à côté).

Eva Bester reçoit Emmanuel Ostian pour son premier roman Le Pourri , paru le 25 janvier 2012 aux éditions Glénat.

Le Pourri
Le Pourri © Radio France

Conte poétique empli de personnages truculents, réflexion sur la nostalgie qui tient les sentiments en vie, Le Pourri est un chemin d’amitié en pente raide. Un homme va se trouver, l’autre se perdre. Les deux gagnent la lumière.

Professeur retraité, et retiré dans ses montagnes après avoir connu une gloire urbaine, Jean Vialat part un beau matin vers sa montagne fétiche, le Pourri. L’État, qui sait que ce contestataire présumé est aimé du peuple, dépêche un militaire pour veiller sur sa sécurité. Très vite, le jeune capitaine Efflisch, cornac involontaire de cette course qui le dépasse, va s’attacher au vieux poète. Il tombe en amitié, à mesure que le sommet se rapproche et que Jean, retrouvant les fantômes de sa jeunesse, lui parle de la fin.

Aurélie Sfez nous parle des femmes compositrices : Germaine Tailleferre, Clara Schuman, Nadia Boulanger, Lili Boulanger etc. Elle nous fait découvrir la musique de toutes ces femmes, souvent restées dans l'ombre d'un mari ou d'un frère...

  • Les invités de Tania de Montaigne :

Tania de Montaigne reçoit le quatuor québécois Random Recipe , pour leur tout premier albumFold It!Mold It! sorti le 30 janvier 2012 (Chapter Two Records/Wagram).Le quatuor se compose de Frannie Holder (chant), Fab (rap et beat-box), Vincent Legault (clavier, basse et guitare) et Liu-Kong Ha (percussions et clavier).

Il sera en concert, en France, du 1er au 11 février 2012 :

Fold It! Hold It!
Fold It! Hold It! © Radio France
  • Le 1 février à La cave aux Poètes à Roubaix

  • Le 2 février au Point éphémère à Paris

  • Le 3 février au Cabaret Aléatoire à Marseille

  • Le 4 février au Passagers du Zinc à Avignon

  • Le 5 février au Connexion Café à Toulouse

  • Le 9 février à L'autre canal à Nancy

  • Le 11 février à Le Normandy à St-Lô
  • L'invité d'Alexandre Héraud :

Alexandre Héraud reçoit l'auteur malgacheJean-Luc Raharimanana à l'occasion des mises en scène de ses oeuvres Des ruines et Excuses et dires liminaires de Za par Thierry Bédard, à la Maison de la Poésie (Paris).

Des ruines , du 18 janvier au 12 février :

Un spectacle chargé de rage et de révolte contre ce monde, de douleur. Avec force. Et rires insupportables et larmes…Un spectacle porté par le comédien Phil Darwin Nianga.

Spectacles Des ruines et Excuses et dires liminaires de Za
Spectacles Des ruines et Excuses et dires liminaires de Za © Radio France

Excuses et dires liminaires de Za , du 22 janvier au 12 février :

Quelque part au milieu de l’océan, une terre, une île, des rues, des décharges, des plaines immenses et oubliées où se déroulent des tragédies. Quelque part sur une terre où dominent les puissants. Entre le présent et le passé, la mémoire et l’actualité, un temps brouillé où rien ne distingue les faits passés des faits présents. Face à eux : Za, personnage démesuré à la recherche du corps de son fils emporté dans un ruisseau encombré de détritus, le « fleuve de cellophane ». Sa femme est folle, lui-même a connu la prison, la torture. Il invective, demande pardon, s’humilie, s’esclaffe, chante, récite des poèmes : Za, gorgé de barbarie, est réduit à la seule liberté qui lui reste, une liberté immense qu’il brandit dans son désespoir, celle du langage, celle du rire...

Les liens

Site de Random Recipe

Myspace de Random Recipe

Site Internet de La Maison de la Poésie (Paris)

Site Internet consacré à Jean-Baptiste Botul

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.