Charline Vanhoenacker et Christine Gonzalez de la RTBS reçoivent le chanteur belge Arno pour son nouvel album "Santeboutique" disponible depuis le 13 septembre qui est accompagné d'une tournée. Il y convoque les souvenirs polissons de sa grand-mère, la sexualité sur des tonalités blues et rock, tout en fluidité sonore.

Le chanteur Arno en concert au Théâtre de la mer en 2013
Le chanteur Arno en concert au Théâtre de la mer en 2013 © Getty / Herrick Strummer

Sa naissance est déjà originale : Arnold Charles Ernest Hintjens est né dans un taxi en 1949 au sein d'une famille très engagée à gauche dans la région flamande.

Il confie que sa grand-mère a fortement influencé son existence (d'ailleurs le titre "Tjip Tjip c'est fini" est une phrase de celle-ci qui racontait "Les hommes quand ils jouissent, c'est comme les oiseaux, tjip, tjip, et c'est fini").

Très jeune, il est attiré par les planches : sa mère l'emmenait au Music-Hall le week-end et vers l'âge de 8 ans, il découvre le rock avec "One night with you" d'Elvis Presley. Un engouement musical confirmé par la suite avec "Like a Rolling Stone" de Bob Dylan.

Au début des années 1980, il fait découvrir sa cuisine à Marvin Gaye (et oui, Arno, c'est aussi un fin gourmet !) alors en exil à Ostende. A la fin de la décennie, il sort son premier album solo, après des concerts réalisés en groupe notamment à Saint-Tropez.

Le rock est devenu marketing et la révolte est partie. Mais il y a de l’espoir, les jeunes se révoltent avec le climat et ça c’est rock-n-roll. 

Celui pour qui la musique est une thérapie a également composé la bande-originale de Merci pour la vie de Bertrand Blier (1990) qui lui apporte la reconnaissance en France. 

En 1993, il reprend "Filles du bord de mer" avec Adamo et quelques années plus tard, il fait un duo avec Stephan Eicher pour "Ils ont changé ma chanson". En 2008, il joue au côté d'Alain Bashung dans le film de Samuel Benchetrit, J'ai toujours rêvé d'être un gangster.

Je n’ai jamais travaillé, j’ai fait de la musique.

Arno défend la scène musicale et créative belge (Angèle, Damso, Elvis Roméo) mais aussi la liberté de penser face au conservatisme et aux extrémismes. Il s'engage également en faveur de l'égalité hommes-femmes et s'offusque du traitement réservé aux migrants.

Sommaire

La Belgique n’a toujours pas de gouvernement, mais la Flandre oui. Et il est dirigé par un certain Jean Jambon. Son gouvernement a donc été baptisé « Jambon Ier »… On l’appelle aussi « la coalition des perdants »… Attention, on va donc parler politique belge…

On sait désormais pourquoi l'on ne se souvient plus de ses rêves. Un groupe de chercheurs japonais et américains viennent de faire une découverte fascinante.

Plusieurs jeunes chanteurs ont décidé de partir en retraite anticipée. Ou de faire une longue pause. Et puis non. Oh et puis oui ! M Pokora, Niki Minaj, ou Big Flo et Oli. Gèrent-ils leur carrière comme une entreprise ?

Retrouvez l'équipe de "Par Jupiter !" avec :

La chronique musicale de Djubaka : Arno, Santeboutique

Le moment Meurice : 800 capotes contre le Sida

La chronique littéraire de Clara Dupont-Monod : Samar Yazbek, 19 femmes, éditions Stock

Les invités
  • ArnoAuteur compositeur interprète belge
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.