En ce 6 mars placé sous le signe du féminisme, Charline Vanhoenacker et Alex Vizorek reçoivent l'actrice et réalisatrice Noémie Lvovsky à l'affiche de 'La bonne épouse', dernier long-métrage de Martin Provost avec Juliette Binoche, Yolande Moreau, Edouard Baer et François Berléand. Il sortira en salles le 11 mars 2020.

Noemie Lvovsky
Noemie Lvovsky © Getty / Vittorio Zunino Celotto / Employé

Hésitante sur la voie qu'elle comptait poursuivre plus tard, la jeune diplômée en lettres moderne intègre le département scénario de la Fémis l'année de sa création. A la sortie de la prestigieuse école de cinéma, elle co-réalise avec Emmanuelle Devos deux courts-métrages salués par la critique : 'Dis-moi oui, dis-moi non' (1989) et 'Embrasse moi' (1990).  En 1991, elle est révélée au grand public avec le moyen-métrage ‘La Vie des morts’ avant de sortir deux années plus tard son premier long-métrage 'Oublie moi'. Le public la découvre à l'écran pour la première fois en 2001 dans 'Ma femme est une actrice' d'Yvan Attal avant qu'elle n'obtienne son 1er premier rôle dans son très remarqué Camille redouble (13 nominations aux César 2013). Une double casquette inédite pour Noémie Lvovsky puisqu'elle intervient pour la première fois devant et derrière la caméra.

Dans 'La bonne épouse', Noémie Lvovsky endosse le rôle de sœur Marie-Thérèse qui veille au bon déroulement de la formation des "femmes soumises de demain" éduquées à la dure par Paulette (Juliette Binoche) la maîtresse des lieux de la très old school institution ménagère Van der Beck, assistée de Gilberte (Yolande Moreau). A la suite du décès de Robert Van der Beck (François Berléand), le mari de Paulette, l'établissement se retrouve ruiné et une nouvelle ère s'ouvre dans la gestion désormais 100% féminine de l'institution. Une comédie signée Martin Provost disponible en salles dès le 11 mars prochain en France et en Belgique. 

Sommaire

Uber vient de découvrir ce qu’est un contrat de travail et Uber a un peu le seum… C’est peut-être le début de la fin de l’uberisation… La Cour de Cassation a requalifié le lien unissant un chauffeur à la multinationale en contrat de travail…

Et pendant ce temps le procès d’une « bonne épouse » suit son cours, Pénélope Fillon qui fut si dévouée peine à rassembler des preuves de son activité d’assistante parlementaire auprès de son mari…

Comment se dire bonjour aujourd’hui ? Sans se toucher la main ou la joue. Mais est-ce qu’on est prêts à assumer d’avoir l’air con en se checkant du pied ou du coude ?

Retrouvez toute l'équipe de "Par Jupiter !" avec :

La chronique de Thomas Croisière : 'La bonne épouse' est avant tout la compagne de son mari

La chronique de Thomas VDB : On se lève et on se casse en poney shetland !

La chronique de Juliette Arnaud : Hurlevent, Emily Brontë (folio) 1847

La chanson de Frédéric Fromet : Riester kaput

Aller plus loin

Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.