Charline Vanhoenacker et Alex Vizorek reçoivent Alex Beaupain, auteur-compositeur-interprète qui a sorti son sixième album "Pas plus le jour que la nuit" le 4 octobre (titre en référence à une phrase de Charlotte Brontë envoyée à son amant), accompagné d'une tournée avec une date à l'Olympia le 20 novembre 2019.

Alex Beaupain en 2015 sur la scène de l'émission TV Vivement dimanche
Alex Beaupain en 2015 sur la scène de l'émission TV Vivement dimanche © Getty / Bertrand Rindoff Petroff

Avec Pas plus le jour que la nuit, Alex Beaupain signe un nouvel album personnel sans tomber dans l'autobiographie. Presque exclusivement composé par l'artiste, son répertoire s'articule autour de titres sentimentaux mais également de titres faisant écho à la funeste actualité des attentats en 2015 et 2016 avec "Les Sirènes" en référence à la tuerie du Bataclan et "Orlando" en référence à celle s'étant déroulée en Floride. Enfin, il s'empare du péril écologique avec "Poussière lente".

C’est le monde qui est responsable de la tristesse de mes chansons. 

Celui qui revendique concevoir ses disques "à l'ancienne" avec une narration musicale dotée d'un début et d'une fin confie écrire sous l'influence du drame qui marqua sa jeune carrière de chanteur. En effet, sa fiancée avec qui il partageait sa vie depuis 10 ans est décédée subitement : ce fut le départ d'une prise de conscience qui le rendit plus volontaire dans sa démarche artistique.

Quand j’écris sur moi je peux me permettre l’obscénité et l’impudeur.

A l'aube des années 2000, il commence ainsi une longue collaboration avec le réalisateur Christophe Honoré (avec qui il entretient maintenant des dissensions) qui lui vaudra le César de la meilleure musique originale pour Les Chansons d'amour en 2008 (contenant un titre en souvenir à sa fiancée).

Alex Beaupain né en 1974 au sein d'une famille prônant la culture comme moyen d'élévation intellectuelle. Sa mère était institutrice pour des classes d'élèves en échec scolaire et son père cheminot.

Lui-même qualifie l'ambiance du foyer familial comme ancré à gauche, en somme "famille Télérama-France Inter" selon ses propos. Entouré de livres, de disques et de parents pratiquant des activités artistiques (poésie, peinture, musique), il rêve d'être chanteur dès l'âge de 7-8 ans.

Alex Beaupain se définit comme "social-démocrate" et s'engage auprès du Parti Socialiste, bien qu'il ait voté Yannick Jadot aux dernières élections européennes. 

Ce gouvernement me fait rigoler quand je suis en forme !

Sommaire

L’attentat de la préfecture de police de Paris a été commis par un ennemi de l’intérieur. Un fonctionnaire au cœur du dispositif censé nous protéger, un agent au cœur du réacteur… ou si vous préférez…

Dans l’hypothèse où vous quitteriez définitivement Facebook ou que le système plante, le seul moyen de garder la trace du récit de nos vies, c’est d’imprimer tout notre Facebook. Une auteure américaine l’a fait : 15 ans de réseau social résumés en 2.700 feuilles A4… parce que tout n’est pas à garder non plus…

Nos goûts musicaux trahissent notre âge. L’examen de notre playlist nous inscrit dans notre génération. Celle des baby-boomers goûtait les chansons joyeuses, celles des moins de 25 ans écoute des chansons tristes… Et vous ?

Retrouvez toute l'équipe de "Par Jupiter !" avec :

La chronique musicale de Mélanie Bauer : Alex Beaupain, Pas plus le jour que la nuit

Le moment Meurice : Les anti-PMA

La chronique d'Hippolyte Girardot : Punk not dead

Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.