Charline Vanhoenacker et Juliette Arnaud reçoivent la journaliste Giulia Foïs au sujet d'un livre confession bouleversant. Il relate avec émotion la nuit de son viol en 1998 et les séquelles qu'elle garde vingt ans plus tard. ‘Je suis une sur deux’ est disponible depuis le 4 mars dernier aux éditions Flammarion.

Capture écran d'une chronique de Pas son genre par Giulia Foïs
Capture écran d'une chronique de Pas son genre par Giulia Foïs © Radio France / France Inter

Après avoir poursuivi des études de lettres, Giulia Foïs effectue son premier stage en radio à la fin des années 1990. Elle devient ensuite pigiste pour Psychologies Magazine, Libération, Marianne et animera à partir de 2014 l'émission 'Point G comme Giulia' sur Le Mouv', axée sur les questions de genre et de sexualité. Elles resteront ses marottes principales qu'elle installera comme thématiques récurrentes de son émission Pas son genre, diffusée tous les vendredis de 20h à 21h sur France Inter. Ses chroniques hebdomadaires dans les émissions 'Un jour dans le monde' et 'Grand bien vous fasse' tournent également autour de ces sujets tabous qu'elle vulgarise de façon caustique et instructive.

Dans ‘Je suis une sur deux’, elle livre une confession glaçante sur le viol qu'elle subit sur un parking d'Avignon en 1998 et les années qui l'ont succédé. Elle dénonce avec indignation la mauvaise considération du viol dans la société, l'inaction des autorités judiciaires, les failles de la loi en matière d'agression sexuelle et adresse un message fort et alarmiste à tous les proches de victimes qui "peuvent faire toute la différence" selon elle. Son expérience, sa reconstruction, ses drames... la journaliste se livre comme jamais dans son livre confession paru le 4 mars 2020 aux éditions Flammarion. 

Sommaire 

Le virus de l’abstention menace les municipales. D’autant que les citoyens qui votent le plus sont les personnes âgées. Et quand on nous suggère de se rendre aux urnes avec son propre stylo, est-ce qu’on ne nous file pas un peu les miquettes d’aller voter ?

Quels délais de prescription pour les crimes sexuels ? Sur les mineurs, ce délai est passé à 30 ans. Certaines associations estiment que ce n’est pas suffisant. Des avocates pénalistes rappellent que c’est un impératif pour garder la paix sociale… 

« Une ville plus frugale, plus verte, plus résiliente » c’est la promesse d’un candidat écolo pour sa ville de Dijon, et c’est chouette mais pas très miam miam). Alors il a fait écrire le mot « SEXE » en très gros sur ses tracts. Bah oui ... pour attirer l’attention, faut pas forcément faire dans la nuance.

Retrouvez toute l'équipe de "Par Jupiter !" avec :

La chronique de Djubaka : 'Nick Of Time' James Hunter Six

Le Moment Meurice : Les militants de l'extrême

La chronique d'Aymeric Lomperet : Ne pas confondre expats et migrants 

Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.