Charline Vanhoenacker et Juliette Arnaud reçoivent Mylène Demongeot pour la parution de son ouvrage "Très chers escrocs..." le 4 septembre. L'actrice, sex-symbol des années 1950-1960 à l'instar de Brigitte Bardot, est également engagée pour la défense des animaux, de l'environnement et du suicide assisté.

Portrait de actrice et productrice, Mylène Demongeot à Paris, le 3 août 2017.
Portrait de actrice et productrice, Mylène Demongeot à Paris, le 3 août 2017. © Getty / Eric Fougère / Corbis

Mylène Demongeot passe son enfance à Montpellier, au sein d'une famille composée d'une grand-mère paternelle comtesse et d'une mère ukrainienne qui détestait les enfants.

Dans les années 1950, elle se marie avec le photographe Henry Coste, puis la décennie suivante, elle épouse Marc Simenon, fils de l'écrivain à succès. Entre temps, elle devient l'égérie de toute une époque avec des films tels que Les Sorcières de Salem de Raymond Rouleau (1957), Bonjour tristesse d'Otto Preminger (1958), les Fantômas d'André Hunebelle (1964, 1965, 1967)... 

Plus récemment, elle était à l'affiche du 36 quai des Orfèvres d'Olivier Marchal (2004), des Camping de Fabien Onteniente (2006, 2010 et 2016) ou encore de Si tu meurs, je te tue d'Hiner Saleem (2011).

Engagée, son livre Très chers escrocs... revient sur sa mésaventure qui lui coûta 2 millions d'euros récupérés avec difficulté. 

En 2017-2018, elle témoigne dans l'affaire de la nouvelle formule du Levothyrox qui causa de nombreux maux chez les patientes.

A côté, elle prend la défense de la cause animale et environnementale, du droit de mourir dans la dignité et participe à divers autres actions comme marraine de l'association "Halte aux mines antipersonnels".

Sommaire

Gare à vos miches, c’est l’ouverture de la chasse ! Depuis que le prix du permis a été divisé par deux, les demandes ont été multipliées par trois. Tandis que la nouvelle cible des fédérations de chasseur, ce sont les jeunes…

Le nouveau texte de loi bio éthique concernant l’élargissement de la PMA est présenté ce mercredi au Conseil des Ministres. Mais ce qui agite la classe politique, c’est un glissement possible vers la GPA. D’accord mais des enfants issus de la GPA en France il y en a. Sauf évidemment si on les a oubliés dans ses bagages...

Louis de Funès a son musée ! Il a ouvert cet été à Saint-Raphaël. On a mis Fufu sous verre et ses films dans des vitrines…

Retrouvez l'équipe de "par Jupiter !" avec :

La chronique de Pablo Mira : La France, ce sale pays liberticide !

La chronique littéraire de Clara Dupont-Monod : Valentine Goby, Murène

Le moment Meurice : Gangsta rap dans le XVIe

Les invités
Programmation musicale
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.