Charline Vanhoenacker et Alex Vizorek reçoivent le multi-instrumentiste, compositeur et animateur David Walters à l'occasion de la sortie de son troisième album 'Soleil Kréyol', un pont musical entre les Caraïbes de ses ancêtres et le continent Africain.

David Walters
David Walters © Antonin Grenier

La musique a toujours été son passeport pour voyager. David Walters, qui n'est pourtant pas natif des îles de ses parents, a articulé sa musique autour de ses racines afro-antillaises, allant de la Martinique jusqu'au petit archipel de Saint-Christophe-et-Niévès. 

Un saut en longueur vers la scène

Né à Paris dans les années soixante-dix, c'est un accident de la vie qui va le pousser dans ses retranchements musicaux. Alors qu'il semblait promis à un destin prometteur dans le saut en longueur, une blessure mettra ses espoirs entre parenthèses et fera naître en lui la flemme de l'electro-soul et de l'afro-jazz.

Dans sa jeunesse, il forme un trio rock, guitare, basse, batterie, et reprend des titres de Jimmy Hendrix, Led Zeppelin ou encore Black Sabbath. 

Perfectionniste, David Walters compose, écrit, interprète et recommence tout jusqu'à ce que ce soit exactement comme il veut. 

Dans les années 2000, après s'être installé à Marseille, il réalise son premier album solo, Awa ('Non' en antillais), et part en tournée pour jouer les premières parties de Tracy Chapman, Lenny Kravitz ou encore David Bowie en concert. 

Chanter en créole : une forme d'engagement

Après dix années de retrait de la création musicale, où il a notamment entrepris un tour du monde en qualité d'animateur de l'émission Les Nouveaux Explorateurs sur Canal , le chanteur quarantenaire revient en 2020 avec Soleil Kréyol, une ode à la diversité et au brassage culturel dans laquelle il collabore avec de nombreux artistes comme Ibrahim Maalouf et Frantz Casseus.

Composé de onze titres inédits, interprétés dans la langue de ses aïeuls, l'album, réalisé et produit par Bruno Patchworks Hovart, est disponible depuis le 31 janvier 2020 sur toutes les plateformes et dans les bacs.

Sommaire

La libération de Nelson Mandela a 30 ans, c’était le 11 février 1990. Mandela c’est l’icône mondiale, totale, absolue… la fin de l’apartheid… Alors est-ce que 30 ans après, il y a davantage de mélange ?

Cela fait 25 ans que Jean-Claude Gaudin occupe le poste de maire de Marseille. Un quart de siècle, est-ce beaucoup ? Est-ce peu ? Pour vous faire une idée, 1995 c’est aussi l’année de Dieu qui donnait la foi à Ophélie Winter. Et croyez moi : Y a pas qu’elle qui cherche la lumière.

Qui a brisé la kora de Ballaké Sissoko ? Une affaire sensible, car le musicien malien a retrouvé son instrument complètement démonté par la douane au retour de New-York… les agents américains n’avaient sans doute jamais vu cet instrument et par crainte de se trouver devant un outil du terrorisme… ils l’ont démontée.

Retrouvez toute l'équipe de "Par Jupiter !" avec :

La chronique d’Aymeric Lompret : Chômage chez les jeunes

Le Moment Meurice : Le vin en biodynamie

La chronique de Djubaka : 

Programmation musicale
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.