Charline Vanhoenacker et Juliette Arnaud reçoivent l'historienne des sensibilités Sabine Melchior-Bonnet pour la sortie de son nouveau livre "Le rire des femmes. Une histoire de pouvoir" paru chez Puf.

Portrait de l’historienne, spécialiste de l'histoire des sensibilités Sabine Melchior-Bonnet auteure de "Le Rire des femmes"
Portrait de l’historienne, spécialiste de l'histoire des sensibilités Sabine Melchior-Bonnet auteure de "Le Rire des femmes" © Radio France / (PUF). © AFP

Biographie

Sabine Melchior-Bonnet a travaillé en tant qu’ingénieure d’études au Collège de France durant 40 ans, notamment auprès de Jean Delumeau (1923-2020). Ses thèmes de recherche de prédilection sont le mariage, les reflets du miroir, la frivolité, les ruptures, les femmes...  

Elle est spécialiste en Histoire des Sensibilités.  

Actualité

Le Rire des femmes, une histoire de pouvoir

Faire rire est un privilège et une prérogative des hommes. Incontrôlable et subversif, le rire a longtemps été interdit aux femmes. Au nom de la bienséance, de la beauté et de la discrétion, le rire était donc drastiquement opposé à la féminité. 

Sabine Melchior-Bonnet s’attache, à travers une fresque, à décrypter les raisons historiques de cet interdit et montre comment les femmes se sont peu à peu emparées du pouvoir de rire et faire rire. Pour cela, elle mobilise des sujets aussi variés que la médecine, la poésie, le théâtre, la scène politique, les contes de fées, les bandes dessinées ou la littérature. De l’Antiquité aux one-women-show d’aujourd’hui, Sabine Melchior-Bonnet analyse avec finesse pourquoi rire et faire rire est un privilège masculin en ayant recours à diverses figures féminines : Sara la femme d’Abraham, les servantes de Molière, les libertines des Lumières...

Au sommaire de cette émission

Le combat féministe use-t-il suffisamment de l’humour comme arme ? C’est essentiellement sur scène que le féminisme épouse la rigolade : les spectacles engagés ont remplacé les considérations sur le couple, le célibat ou la maternité… 

L’écriture inclusive gagne du terrain… Elle commence à être utilisée ça et là dans des actes administratifs, ce qui relance la querelle des pour et des contre... 

Son nom c’est le protoxyde d’azote, Proto pour les jeunes. Gaz hilarant pour les autres. Quand c’est de la drogue festive, c’est mal. Quand c’est un anesthésiant, c’est pas mal. A présent certains scientifiques le recommandent pour traiter la dépression...

Retrouvez également toute l'équipe de Par Jupiter ! 

  • La chronique de Waly Dia : Tutoriel de la gifle 
  • La chronique de Constance : La journée mondiale de sensibilisation à l'albinisme
  • Le moment Meurice : Régionales en PACA

La programmation musicale 

  • PRINCE - Born 2 die
  • ARNO - Chic & pas cher
Les invités
Programmation musicale
L'équipe