Charline Vanhoenacker et Thomas Croisière reçoivent le jardinier, écrivain et chroniqueur de télévision et de radio Alain Baraton. C'est le jardinier qui a dépoussiéré l'image un peu vieillotte de Versailles.

Alain Baraton
Alain Baraton © Getty

Dans sa jeunesse, Alain Baraton veut parcourir le monde avec un appareil photo. Cependant, ses résultats scolaires sont catastrophiques, alors son père décide de l'envoyer dans un lycée horticole privé, le Centre horticole d'enseignement et de promotion (CHEP) du Tremblay-sur-Mauldre, dans les Yvelines. 

En juillet 1976, il travaille dans le domaine de Versailles comme caissier à l'entrée du parc et tombe amoureux du lieu et devient dès septembre aide-jardinier stagiaire. Il gravit alors tous les échelons jusqu'à devenir le jardinier en chef du Domaine national de Trianon et du Grand parc du château de Versailles en 1982, à seulement 24 ans. En 1999, il fait interdire l'utilisation d'insecticides dans les jardins du château de Versailles. En 2009, il hérite également de la responsabilité du Domaine national de Marly-le-Roi. 

Depuis 2003, il présente une chronique chaque week-end sur France Inter : Jardin puis La main verte. Parallèlement à la radio, il écrit de nombreux articles pour la presse horticole ainsi que des livres. En 2003, il devient membre du Conseil national des Parcs et Jardins en qualité de représentant du ministre chargé de la culture, et de nouveau en 2007 en qualité de personnalité qualifiée. En 2006, il est nommé correspondant national à l'Académie d'agriculture de France. En 2011, il est nommé officier dans l'ordre des Arts et des Lettres et devient aussi officier dans l'ordre du Mérite agricole. En janvier 2014, il est nommé chevalier dans l'ordre national de la Légion d'honneur sur proposition du ministère de la Culture. Enfin, depuis 2014, il tient un chronique hebdomadaire dans l'émission La Quotidienne sur France 515.

Il vient aujourd’hui nous parler de son livre Mes Jardins de Paris, aux éditions Grasset, un livre d'anecdotes sur 146 jardins de la capitale sorti le 3 juin dernier. Il connaît en effet très bien les jardins de Paris, il s'y balade tous les dimanches après sa chronique sur France Inter. 

Les jardins racontent la vie tout simplement. (...) C'est ça les jardins de Paris, on va de surprises en découvertes.

Il y explique la particularité des jardins, loin d'être de simples espaces verts :

Un jardin est appréciable en fonction de qui nous accompagne et de (notre) état d'esprit. N'allez pas aux Jardins des Tuileries si vous avez des problèmes de mathématiques à régler.

Au sommaire de cette émission :

L'Hexagone est touchée par des épisodes de sécheresse de plus en plus intenses, notamment dans le sud de la France. Comment s'adapterons-nous aux températures qui ne font que croître ?

Loin d’être anecdotique, la décision du nouveau maire de Bordeaux de supprimer le traditionnel sapin de Noël de la place de la ville en fait parler plus d'un. Pourtant, les sapins que nous avons dans nos chaumières ne sont pas directement prélevés dans la forêt, ils sont cultivés dans des champs par des pépiniéristes qui sont inquiets pour leur avenir...

Avec les restrictions du confinement, les citadins ont redécouvert leurs quartiers et réalisé que beaucoup de choses étaient accessibles près de chez eux : des commerces, des espaces verts voire même des voisins avec qui l’on pouvait communiquer. Est-ce qu’au final, le bonheur ne serait pas près de chez soi ? 

Retrouvez l'équipe de Par Jupiter ! avec :

La chronique de Djubaka : Oumou Sangaré - "Acoustic"

La chronique de Christine Gonzalez : Notre avenir selon Madame Soleil 

La chronique d'Hippolyte Girardot : Crop top au top

La chanson de Frédéric Fromet : Pas d'amish comme toi

N'hésitez pas à liker la page Facebook de l'émission !

Les invités
  • Alain BaratonJardinier en chef du Domaine national de Trianon et du Grand parc de Versailles, chroniqueur sur France Inter.
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.