Charline Vanhoenacker et Alex Vizorek ont reçu Izïa Higelin pour son quatrième album « Citadelle » et Thomas Wiesel pour la promotion de son spectacle « Ça va ? ».

Izïa Higelin ©Getty | Thomas Wiesel
Izïa Higelin ©Getty | Thomas Wiesel © Maxppp / Jean-Marc Quinet

Izïa Higelin 

"Citadelle" est l'album de la maturité. Au détour de titres évoquant la mort de son père, sa maternité, son hypersensibilité, elle y traite également de la secte Boko Haram, "un thème lourd" selon ses termes, "sur une musique joyeuse et entraînante".

Jeanne Added et Dominique A sont vraiment des figures : une marraine et un parrain sur mon disque. Ce sont des voix qui me touchent dans la vérité et dans l’instant.

Ce quatrième album prolonge ses expérimentations musicales, déjà débutées en 2009 avec son premier album "Izia" couronné par une Victoire de la Musique (Révélation scène en 2010). Ont suivi ensuite deux autres albums : "So Much Trouble" en 2011 et "La Vague" en 2015.

Entre temps, Izia Higelin tourne au cinéma. En 2013, elle est lauréate pour le César du Meilleur espoir féminin pour Mauvaise fille, réalisé par Patrick Mille (d'après une adaptation de Justine Lévy).

Quand j’étais petite, j’imitais beaucoup les chanteuses, de Britney Spears à Judy Garland.

L'année suivante, elle joue le second rôle dans Samba d'Olivier Nakache et Eric Tolédano, aux côtés d'Omar Sy et de Charlotte Gainsbourg. Et en 2017, elle incarne Camille Claudel dans le Rodin de Jacques Doillon avec Vincent Lindon, sélectionné au Festival de Cannes. Entre temps, elle donne la réplique à Cécile de France en 2015 dans La Belle Saison de Catherine Corsini.Ce désir de cinéma, qu'elle distingue de celui de la musique, la nourrit depuis l'âge de ses 10 ans. Elle confie d'ailleurs qu'elle souhaitait à la base être comédienne.

Thomas Wiesel

Né en 1989 à Lausanne, Thomas Wiesel est diplômé d'économie politique de la Faculté des Hautes études commerciales de l'Université de Lausanne en 2011.Il s'engage tout d'abord dans une carrière de comptable avant de se tourner à l'âge de 22 ans vers l'humour en découvrant les textes de Pierre Desproges et les rois du stand-up américain tels que Louis CK, Chris Rock, Dave Chapelle…

Les gens me traitaient toujours d’humoriste déprimé et je voulais montrer que ça va !

En 2012, il remporte le Banane Comedy Club à Lausanne, puis participe au Jamel Comedy Club, au Montreux Comedy Festival et apparaît dans des émissions de LFM7 et One FM. Mais son physique peu charismatique l'empêche dans un premier temps de recevoir la caution du public. Entre temps, il s'attaque de manière virulente à des partis ou personnalités politiques, ce qui lui vaut le blocage de certains de ses comptes de réseaux sociaux.

Le but est que ce spectacle soit plus fixe que celui proposé d’une année à l’autre.

Il est toutefois repéré et collabore avec des émissions sur France Inter (Si tu écoutes j'annule tout, La Bande Originale), sur TMC (Quotidien), se produit en première partie du spectacle de Kev Adams et de Gad Elmaleh. Il a animé la première saison de "Mauvaise Langue" sur RTS1, une nouvelle émission satirique qui décrypte l'actualité sur le ton de l'humour incisif. Peu habitué au médium télévisuel, il se forme sur le tas et s'inscrit dans la lignée des late-nights shows américains à l'instar de ceux de Jon Stewart (The Daily Show) et de John Oliver (Last Week Tonight). 

Retrouvez l’équipe de Par Jupiter ! avec

La chronique de Mélanie Bauer : Dix ans de carrière à même pas trente ans et un quatrième album

Le moment Meurice : Mort au steak de soja

La chronique de Constance : La journée du bain moussant

La chanson de Frédéric Fromet : Distance sociale

17h56
Visuel générique humour
Le sketch, par jupiter !
Le sketch, par Jupiter ! du mardi 20 octobre 2020
Exporter
Les invités
L'équipe