Charline Vanhoenacker et Juliette Arnaud reçoivent l'académicienne, écrivaine, traductrice et enseignante Danièle Sallenave pour la sortie de son nouvel ouvrage chez Gallimard dans le série "Tract" : "Parole en haut, Silence en bas". Un essai politique qui pose la question : quand une parole devient-elle légitime?

L'écrivaine et académicienne Danièle Sallenave, 2007
L'écrivaine et académicienne Danièle Sallenave, 2007 © AFP / ULF ANDERSEN / AURIMAGES

Biographie

Danièle Sallenave est l’auteure d’une trentaine d’ouvrages, romans, essais, récits de voyage et pièces de théâtre.

D'une famille d'instituteurs de l'Anjou,elle nait le 28 octobre 1940 à Angers. Suite à une classe préparatoire au lycée Fénelon à Paris, elle est reçue à l’Ecole Normale Supérieure de jeunes filles de Sèvres en 1961 et à l’agrégation de Lettres Classiques en 1964. 

Professeure de lettres au Lycée Beauvais, puis maître de conférence à l'Université de Nanterre, Danièle Sallenave est également rédactrice en chef des revues Messager européen et Les Temps modernes et une chronique hebdomadaire sur France Culture.

En 1975, elle publie son premier récit, Paysage de ruines avec personnages.  En 1980, elle reçoit le prix Renaudot pour Les Portes de Gubbio.  En 1988, elle reçoit le prix du jeune théâtre de l’Académie française, en 2005 le grand prix de l’Académie pour l’ensemble de son œuvre et le grand prix Jean Giono, et en 2008 le prix Jean Monnet de littérature européenne. 

Danièle Sallenave est élue à l'Académie française le 7 avril 2011 au fauteuil de Maurice Druon, puis reçue sous la Coupole par Dominique Fernandez le 29 mars 2012. 

En 2012, elle est nommée Présidente du Haut comité des commémorations nationales. 

Actualité

Parole en haut, silence en bas est paru chez Gallimard en janvier 2021 dans la Série “Tract”, qui sonne en continuité avec son dernier “Tract” intitulé Jojo, le gilet jaune paru en 2019. 

La parole tombe d’en haut. Le silence règne en bas. 

Dans cet ouvrage offrant une réflexion sur la démocratie et la liberté d’expression, Danièle Sallenave  livre un véritable plaidoyer pour un “plein exercice de la liberté d’expression”. En effet, elle déplore que certaines catégories de la population, notamment les plus populaires, n’aient voix au chapitre. Ainsi, Danièle Sallenave se concentre sur les silencieux et silencieuses, c’est-à-dire ceux qui ne profitent pas de cette fameuse liberté d’expression devenue pierre angulaire de la République. 

Au sommaire de cette émission

10 gilets jaunes sont jugés à partir d’aujourd’hui pour avoir vandalisé l’Arc de Triomphe. Les instigateurs ayant échappé à la police, ces dix jeunes au casier vierge vont pourvoir le noiricir, puisqu’ils risquent de payer pour les autres... 

Voilà que les coiffeurs obtiennent une dérogation parmi les commerces non essentiels, sans un mot d’explication…  On peut y voir la volonté de nos gouvernants de se soucier du bien-être psychologique des français ou alors la preuve que le lobby de la coiffure se préparait à des manifs monstres... 

Après le Louvre, le musée Carnavalet va-t-il remplacer les chiffres romains par des chiffres arabes… Si oui il est là, le grand remplacement ! La polémique part de Rome, qui déplore qu’on abandonne ses chiffres...

Retrouvez également toute l'équipe de Par Jupiter ! 

  • La chronique de Clara Dupont-Monod : Je préfère ne pas de Alain Schifres
  • La chronique de Thomas VDB : La chaîne du cinéma, du foot mais aussi pas mal des polémiques
  • La chronique de Guillaume Meurice : Guillaume Meurice se la joue Jean Castex

La programmation musicale 

  • Hubert-Félix THIEFAINE - La fille du coupeur de joints
  • SILK SONIC - Leave the door open
Les invités
Programmation musicale
L'équipe