Charline Vanhoenacker et Juliette Arnaud reçoivent Djamel Bensalah, acteur, scénariste, réalisateur et producteur, connu notamment pour "Neuilly sa mère" et "Neuilly sa mère sa mère". Récemment, il a ouvert le cinéma "Les 7 Batignolles" dans un nouveau quartier de Paris, habile mélange de cinéma populaire et d'auteurs.

Portrait du producteur, réalisateur et scénariste Djamel Bensalah.
Portrait du producteur, réalisateur et scénariste Djamel Bensalah. © Maxppp / PHOTOPQR/L'ALSACE /Vincent Voegtlin/ MULHOUSE

Djamel Bensahal est un enfant de la Seine-Saint-Denis : il y est né, y a suivi des études secondaires puis des études à l'université en sociologie, option anthropologie. 

Très jeune et parallèlement à ces études, il s'intéresse au cinéma : il trouve alors le subterfuge de monter de fausses associations culturelles loi 1901 pour avoir une existence sociale et juridique, et bénéficier du prêt de matériels afin de mener ses projets à bien.

En 1996, il met en scène son premier court métrage "Y'a du foutage dans l'air" avec Jamel Debbouze et Julien Courbey. Il passe ensuite au long-métrage et s'entoure notamment d'acteurs et d'actrices à la notoriété affirmée à l'image de Roschdy Zem, Hélène de Fougerolles, Josiane Balasko, Gérard Jugnot dans Le Raid (2002).

Les problèmes de racisme et d'organisation de la cité imprègnent ses créations : Neuilly sa mère rassemble 2 millions de Français en salles en 2009, suivi de Neuilly sa mère sa mère ! quasiment 10 ans plus tard. 

En 2012, il réalise les clips de campagne de François Hollande pour le parti socialiste lors des élections présidentielles.

L'ouverture très récente de son cinéma "Les 7 Batignolles" promet une programmation généraliste d'art et d'essai et de films grand public, à la fois en version originale et en version française. En outre, il accueillera des événements culturels toute l'année et se pose déjà comme un lieu incontournable pour les familles qui disposent ainsi d'une salle de 77 places avec poufs et méridiennes confortables.

Sommaire

Au sommet de l’ONU et en l’absence du président brésilien Bolsonaro, Emmanuel Macron se pose en recours pour défendre l’Amazonie…

Ellen, Virginie, Amandine, Steffie ne sont pas des prénoms de tempêtes équatoriales, ce sont les prénoms des grosses machines qui font des gros trous pour que le Grand Paris devienne une grosse réalité. Enfin faire péter la frontière entre Paris et la banlieue et simplifier la vie de ceux qui y vivent. Sinon y a une autre solution. Toute simple. 

Il y a cinq ans, Guillaume Gallienne proposait un César des maquilleuses. Certaines d’entre elles se qualifient de « prolétaires » du cinéma. Bien qu’elles recueillent souvent les confidences des acteurs et des actrices…

Retrouvez toute l'équipe de "Par Jupiter !" avec :

La chronique d'Hippolyte Girardot : Le chiffon rouge de la robe verte

La chronique de Roukiata Ouedraogo : Le cinéma coco taillé

Le moment Meurice : La terreur Greta Thunberg

Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.