Charline Vanhoenacker et Juliette Arnaud reçoivent l'écrivain français et vénézuélien Miguel Bonnefoy pour la sortie de son nouveau roman "Héritage" aux éditions Payot et Rivages.

L'écrivain franco-vénézuélien Miguel Bonnefoy, août 2020
L'écrivain franco-vénézuélien Miguel Bonnefoy, août 2020 © AFP / CÉLINE VILLEGAS / HANS LUCAS

Biographie

Miguel Bonnefoy naît le 22 décembre 1986 à Paris, où sa mère, issue de la grande bourgeoisie de Maracay, est attachée culturelle à l’ambassade du Venezuela. Son père est quant à lui un romancier chilien. Il vit six ans à Paris avant de rejoindre le pays de sa mère (le Venezuela) puis de s’installer à Lisbonne. 

Passionné de théâtre, il poursuit ses études après l’obtention de son baccalauréat à la Sorbonne et obtient deux masters de littérature, le premier sur Louis Aragon et le second sur Romain Gary. 

Carrière

En 2009, il remporte le grand prix de la nouvelle de la Sorbonne Nouvelle avec La Maison et le Voleur. En 2013, il est lauréat du prix du jeune écrivain avec Icare et autres nouvelles

Le Voyage d'Octavio, son premier roman, publié en 2015, est finaliste du prix Goncourt du premier roman, Prix de la Vocation, Prix des Cinq Continents – Mention Spéciale, Prix Fénéon, Prix Edmée de la Rochefoucauld et Prix L’Île aux Livres. En 2016, Jungle (éditions Paulsen) est Prix des Lycéens et Apprentis d’Ile-deFrance. 

En 2017, Sucre noir est finaliste du prix Femina, Prix Mille Pages, Prix Renaissance et Prix des lycéens de l’Escale du Livre de Bordeaux. En 2018-2019, il est pensionnaire à la Villa Médicis. 

En 2020, il publie Héritage, aux éditions Payot et Rivages. Dans ce roman, Miguel Bonnefoy réussit le tour de force, en seulement 208 pages, de peindre et de sculpter, en couleurs et en relief, une fresque familiale couvrant un siècle d’histoire. Ce livre referme en effet autant d’histoires fabuleuses que de personnages hauts en couleurs : un Jurassien émigré au Chili, un fou de musique, le fondateur d’une fabrique d’hosties, une femme éleveuse d’oiseaux rapaces, une autre pilote d’avions de guerre, une victime du putsch de 1973, un retour aux sources, et même un spectre amoureux… Comment Miguel Bonnefoy a-t-il réussi à réunir autant de personnages sans jamais perdre son lecteur ? Comment leur a-t-il donné vie à tous sans jamais tomber dans le superficiel ni la caricature ? 

L'histoire : Au tournant du XXe siècle, un vigneron du Jura voit tous ses cépages dévastés par le phylloxéra. Il réussit tout de même à sauver un pied de vigne, et décide de se rendre en Californie car le climat y serait propice à la culture du raisin. Cependant, tout ne se passe pas comme prévu... Il finit par être débarqué du navire par la capitaine en raison de ses fortes fièvres. A la douane, ne comprenant pas un traitre mot d’espagnol, il répond "Lons-le-Saunier" lorsqu’on lui demande son nom, et c’est ainsi que la lignée chilienne des Lonsonier est fondée. Miguel Bonnefoy entame ainsi le récit de quatre générations dont les destins sont croisés, de chaque côté de l’Atlantique. Il nous emporte dans cette saga familiale avec la passion des conteurs au talent certain, qui maîtrisent leur récit de bout en bout.

Par ce roman, Miguel Bonnefoy rend hommage à son père. L'auteur a en effet repris les carnets de son père dans lesquels il raconte la torture qu'il a subi avant de fuir en France. Ainsi, Miguel Bonnefoy n'est pas parti du personnage de Lonsonier, le vigneron, pour écrire son récit, mais bien de la dernière génération des Lonsonier : 

Sans doute, je suis allé chercher l'une des dernières feuilles. J'ai commencé par la fin. (...) Le livre a été écrit en marche arrière car chaque personnage doit être la conséquence de ce qu'il se passe avant.

Au sommaire de cette émission

Les Chiliens viennent d’approuver par référendum le principe d’une nouvelle Constitution, qui devra être écrite par une Assemblée citoyenne. En parallèle, de nombreux autochtones essaient de faire valoir leur droit à la terre, et essaient de faire avancer leur combat en obtenant des sièges réservés dans cette Assemblée constituante...

Le « Dieu » du ballon rond argentin est mort... Diego Maradona, le célèbre champion du monde de football avec l’équipe d’Argentine en 1986 est décédé ce mercredi 25 novembre 2020, à l’âge de 60 ans.

Des chercheurs souhaitent créer une bibliothèque des odeurs du passé... L'objectif de ce projet, nommé Odeuropa et financé par l'Union Européenne, est de faire "revivre" des odeurs disparues, en remontant jusqu'au XVIe siècle. Le public pourrait ainsi découvrir des odeurs de cérémonies ou de batailles militaires, et même peut-être celles de la bataille de Waterloo...

Retrouvez l'équipe de Par Jupiter ! avec

  • La chronique d'Aymeric Lompret : Chronique de merde
  • Le moment Meurice : Ecologie ou islamisme radical ?
  • La chronique de Clara Dupont-Monod : "Héritage" de Miguel Bonnefoy

La programmation musicale

  • Stray cats - Stray cat strut
  • David Walters - Manyè
  • Manu Chao - La vida tombola

N'hésitez pas à liker la page Facebook de l'émission !

17h55
Le questionnaire de JupiProust
Le questionnaire jupiproust
Le questionnaire JupiProust du jeudi 26 novembre 2020
Exporter
Les invités
L'équipe