Charline Vanhoenacker et Alex Vizorek reçoivent Carla Bianchi qui joue son spectacle "Migrando" à la Péniche de la Nouvelle Seine jusqu'au 17 décembre 2019. L'humoriste italienne, amoureuse de la France, y tourne en dérision l'accueil des réfugiés avec une histoire pleine d'humanité.

Née à Rome en 1982, Carla Bianchi se forme à l'Ecole Nationale de Cinéma de la capitale transalpine. Entre temps, elle débarque à Paris et se perd dans le métro parisien à l'âge de 9 ans, avouant ainsi sa peur pour les portes automatiques depuis.

Elle est remarquée en première partie de Sebastian Marx, un New-Yorkais taillant les manies françaises avec bienveillance.

L’intellectuel aujourd’hui n’est plus quelqu’un qui pense mais qui fait des choses.

En 2016-2018, elle monte "Dolce France" un stand-up léger sur les différences culturelles entre la France et l'Italie. Lors de son arrivée en France, elle confie avoir voulu gommer son accent pour s'intégrer à tout prix, mais elle a vite compris qu'il s'agissait là d'un atout.

En 2018, "Un amour de la France à ma sauce italienne" à l'Apollo Théâtre poursuit ses observations sur les contrastes culturels.

Cette année, elle présente son spectacle "Migrando" sous-titré "C'est quand la dernière fois que vous avez pu changer le destin de cinquante personnes" à la Nouvelle Seine sur la thématique de la migration et de l'accueil.

J’ai créé cette situation avec les spectateurs : c’est une assemblée générale, un maire est choisi parmi eux, et je suis là pour faire voter une loi pour accueillir 50 migrants afin de réinventer la vie du village. C’est inspiré d’un fait réel qui s’est déroulé pendant plusieurs années à Riace en Italie.

Sommaire

Voilà qu’un octogénaire a tiré sur une mosquée, en blessant grièvement deux personnes, à Bayonne, une ville réputée paisible. Le tireur a été candidat au Front National. Détenteur de plusieurs armes à feu. Et admirateur d’Eric Zemmour…

L’intellectuel français engagé du type Sarte, Foucault ou Bourdieu, est-il en voie d’extinction ? Qu’est-ce qu’un intellectuel aujourd’hui ? Sous quelle forme existent-ils aujourd’hui ? Un invité récurrent de plateau télé ?

Pour ne pas heurter la sensibilité du public pendant les Journées du Patrimoine, l’UNESCO a mis un slip aux statues… Le résultat d’une incompréhension entre l’artiste et l’institution… Mais alors comment aurait réagi le public si les statues ne portaient pas de slip ?

Retrouvez toute l'équipe de "Par Jupiter !" avec :

La chronique d'André Manoukian : Hypnotique Geoffroy Secco

Le moment Meurice : Albert Londres is back

La chronique décapante de Constance : Journée mondiale de la vie

Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.