Charline Vanhoenacker et Alex Vizorek reçoivent l'actrice et humoriste Bérengère Krief pour son nouveau spectacle "Amour" après trois ans d'absence. En tournée en France, Suisse et Belgique, elle y évoque son sujet préféré. Attirée très jeune par le théâtre, elle a joué dans les films "Joséphine" ou "Adopte un veuf".

Bérengère Krief, décembre 2018
Bérengère Krief, décembre 2018 © AFP / LUCAS BARIOULET

Celle qui se définit comme "la Secrétaire Générale de tous les debriefs du love"

s'empare de son sujet favori : l'amour. Après un mariage annulé au dernier moment à 30 ans, un séjour de développement personnel en Ardèche, Bérengère Krief revient après trois ans d'absence pour questionner notamment l'idée "Pourquoi quand on donne son cœur on finit par se prendre la tête ?"

L’amour est un sujet qui m’excite un peu.

Aussi, elle questionne les impératifs sociétaux comme avoir 30 ans, être en couple et avoir un enfant.

Après sa reconstruction, elle propose un spectacle doté d'une mise en scène théâtrale, en piochant dans un répertoire musical qui convoque autant Dalida que Nicoletta, Aznavour, Nicole Croisille ou encore Aya Nakamura.

On m’a demandée en mariage comme dans une comédie romantique et puis finalement : rupture. Sauf que j’ai dit à tout le monde que j’allais me marier !

Elle a bien observé les mouvements MeToo et Balance ton porc, et se positionne dans un entre-deux générationnels. Sans faire de son spectacle un acte militant, elle revendique être à la croisée de sa grand-mère et de la nouvelle génération très féministe. 

Passionnée de théâtre dès l'enfance,

elle obtient un bac littéraire puis un DEUG arts du spectacle à l'Université de Lyon puis s'inscrit en 2003 à l'Acting Studio et joue dans plusieurs pièces en parallèle.

J’ai découvert que c’était mon talent : sublimer la loose par le récit !

Deux ans plus tard, elle s'installe à Paris et assiste aux cours de l'Académie Oscar Sisto, tout en fréquentant le Cours et l'Ecole du One Man Show.

Elle produit ainsi son premier spectacle "Ma mère, mon chat et docteur House" avant de rencontrer en 2011 les auteurs de la série Bref qui l'engage pour le rôle de Maria.

Quand j’avais vingt ans, j’ai été victime d’un pervers manipulateur.

Le cinéma l'appelle également : elle tient un rôle d'amie dévouée dans Joséphine de Marylou Berry ou encore de colocataire dans Adopte un veuf d'André Dussolier.

Sommaire

La paranoïa a gagné le pays… Le Coronavirus qui ne touche que x personnes dans le pays provoque une peur tellement irrationnelle que dans le métro, des gens ont aussi peur des usagers asiatiques avec une valise que des usagers barbus avec un gros sac de sport…

L’Académie des Césars a nommé le « J’accuse » de Polanski dans 12 catégories… hissant le réalisateur au rang de favori. Tout en refusant que Virginie Despentes soit l’une des marraines… L’Académie des Césars est-elle un repère de vieux cons ?

Dans les villes, les cyclistes sont de plus en plus influents et s’organisent en lobbys pour dénoncer les incivilités des automobilistes… Vélos / autos, c’est le choc des cultures…

Retrouvez toute l'équipe de "Par Jupiter !" avec :

La chronique musicale de Djubaka : Tami Neilson, la big boss mama

Le moment Meurice : Remèdes contre le coronavirus

La chronique de Thomas Croisière : Jean Yanne le prophète 

Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.