Charline Vanhoenacker et Juliette Arnaud reçoivent Jean-Luc Bideau, comédien suisse et ancien sociétaire de la Comédie-Française, pour la diffusion de « Temps de chien ! » sur Arte le 1er novembre, récompensé par le Prix du meilleur téléfilm au Festival de fiction télévisuel à La Rochelle.

Jean-Luc Bideau fait ses classes au Conservatoire national d’art dramatique de Paris après avoir découvert sa vocation théâtrale à 12 ans. Il y obtient le deuxième prix classique et enchaîne avec le TNP (Théâtre National Populaire) où il débute avec La Résistible ascension d’Arturo Ui de Bertolt Brecht et Roses rouges pour moi de Sean o’Casey dans des mises en scène de Jean Vilar.

En 1969, il est révélé par le réalisateur suisse Alain Tanner dans Charles mort ou vif, et il retrouve deux ans plus tard le cinéaste pour son premier rôle dans La salamandre. A la même époque, il incarne la figure emblématique du renouveau du cinéma suisse auprès des réalisateurs tels que Michel Soutter, Claude Goretta ou encore Alain Tanner.

Le métier d’acteur m’a servi de maison personnelle.

En plus de ses activités cinématographiques, il entre en 1984 à la Comédie-Française et y devient sociétaire de 1990 à 1999, date de sa rupture marquée par des dissensions avec l’administrateur général de l’époque, Jean-Pierre Miquel qu’il blâme notamment pour son absence de prise de risques et ses positions confortables sur le choix des pièces, des acteurs.

Son épouse, Marcela Salivarova-Bideau, intellectuelle tchèque et metteuse en scène, qu’il a rencontrée à Prague en 1966, l’accompagne et le soutient dans son parcours artistique. Elle l’a dirigé dans L'élocution de Benjamin Franklin en 1983-1984, puis dix ans plus tard dans La Métamorphose de Kafka à Bobigny, et récemment dans Une nuit avec Hamlet (Lausanne, Théâtre de Vidy).

Jean-Luc Bideau, enfin, est un passionné de football : en témoigne la finale de la Coupe du monde en 1954 à Berne à laquelle il assiste, à l’âge de 14 ans, derrière les buts, tout proche de l’action.

Je suis pour l’arbitrage vidéo : ça augmente la tension, et le foot, ça crée une émotion chez moi ! Et j'aime les petites équipes qui cassent la gueule au PSG !

Sommaire

La France vient de battre son record... d’expulsions locatives : alors que la trêve hivernale commence vendredi, la Fondation abbé Pierre nous apprend que l’an dernier, 36.000 personnes ont été expulsées de leur logement en présence des forces de l’ordre…

L’arbitrage vidéo au foot contenait une promesse : ce sera la fin des polémiques / C’est pour aider l’arbitre. Eh bien, c’est un énorme ratage : les contestations de décisions arbitrales ne se sont jamais aussi bien portées, tout le monde participe, joueurs, entraîneurs et patrons de clubs. Sur quel ton la contestation? Oh, ça va. Tranquille.

Une célèbre plateforme de séries teste une nouvelle option : la diffusion en accéléré. L’épisode peut être vu une fois et demi plus vite. Et pour ceux qui souhaitent regarder la VO au ralenti, c’est possible aussi… Regarder ou consommer ? Demandons à ceux qui ont testé la série en accéléré…

Retrouvez toute l'équipe de "Par Jupiter !" avec :

La chronique de Roukiata Ouedraogo : Sauver l'Afrique

Le moment Meurice : La finance verte

La chronique littéraire de Clara Dupont-Monod : Jérôme Garcin, Le dernier hiver du Cid, éditions Gallimard, 2019

Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.