Charline Vanhoenacker et Juliette Arnaud reçoivent Olivier Norek, ex-capitaine de police en Seine-Saint-Denis désormais écrivain et scénariste, pour la sortie de "Impact" chez Michel Lafon : un polar en forme de manifeste écologiste radical.

Biographie

Né à Toulouse d'une directrice d'école et d'un père haut fonctionnaire, Olivier Norek débute sa vie professionnelle en tant que bénévole chez Pharmaciens sans frontières, notamment en Guyane et ex-Yougoslavie. C'est en 1995 qu'il s'engage pour deux ans au 33e Régiment d'infanterie de marine. Puis en 1997 il entre dans la police, comme gardien de paix à Aubervilliers d'abord, puis rejoint la PJ au service financier, puis au groupe de nuit chargé des braquages, homicides et agressions. Après avoir réussi le concours de lieutenant, il choisit Bobigny au sein du SDPJ 93, à la section enquêtes et recherches.  

Tout bascule lorsqu'en 2011, Olivier Norek participe à un concours de nouvelles organisé par Auféminin.com. Il finit en troisième place, et il est alors contacté par un éditeur, lui proposant d’écrire son quotidien en tant que flic avec cette écriture sensible que le jury avait cru féminine.  

En 2012, il ébauche donc son premier roman. Toujours en poste, il écrit la nuit, puisant dans la matière criminelle qui irrigue son quotidien. Premier livre, premier succès, "Code 93" parait en 2013, et est vite rejoint par deux autres polars "Territoire" (2014) et "Surtensions" (2016) pour former une trilogie ancrée sur le territoire de la Seine-Saint-Denis. Il enchaînera avec "Entre deux mondes" (2017), un polar sur les parcours migratoires écrit après s'être immergé pendant trois semaines dans la jungle de Calais. 

Olivier Norek prépare et écrit des livres comme une enquête de police. Il se rend sur le terrain, prend des photos qu’il accroche sur un grand tableau blanc, interroge les individus concernés par le sujet qu’il souhaite traiter...

Actualité

Impact : Plus qu'un polar, un manifeste écologiste radical 

Paru le 22 octobre 2020 chez Michel Lafon. 

Dans ce sixième roman, Olivier Norek met en scène Virgil un soldat des forces spéciales reconverti en écoterroriste qui décide de s'attaquer au plus grand meurtrier de tous les temps : la pollution, via un de ses représentants : le patron de la multinationale pétrolière et mortifère Total. Il enferme son détenu dans une cage de verre reliée à un moteur. Si le prisonnier refuse de verser 20 milliards d’euros à une fondation qui lutte contre la catastrophe climatique et écologique qui se profile, Virgil enclenchera le moteur et le grand patron périra en moins de trente minutes d’asphyxie.  

Pour écrire ce nouveau roman, Olivier Norek a effectué préalablement un travail de documentation de longue haleine. Le lecteur peut donc retrouver à la fin de l’ouvrage près de trente pages de références afin de vérifier les arguments et informations exprimées dans cette fiction inspirée du réel. Olivier Norek tient au fait que le lecteur puisse réutiliser ces arguments afin de se construire une opinion propre.  

Ce polar a pour objectif de poser une question intéressante : la différence entre la loi et la morale, mais également entre la justice et ce qui est juste. D’ailleurs, le flic, un des personnages centraux du récit accompagné d’une psycho-criminologue, répète un mantra soufflé par sa fille : “A la fin, tu feras ce qui est juste.” 

Au sommaire de cette émission

La sécurité est censée être la préoccupation numéro 1 des Français… Donc les régionales ont tourné autour de la sécurité… Et c’est l’abstention qui est devenue la préoccupation numéro 1 des politiques… Mais demain ce sera oublié et on sera repartis jusqu’en 2022 sur la sécurité… 

Victor Noël a 15 ans, il vit en Moselle, il passe beaucoup de temps dans son jardin et sinon sur son temps libre,  il est une des figures du militantisme écologique de sa région. De quoi filer pas mal de culpabilité aux adultes, et donc parfois les rendre agressifs. 

Le festival du roman noir “Quai du polar” démarre vendredi. Pourquoi distinguer le polar du reste de la littérature ? Fait-il encore mauvais genre en face de la littérature traditionnelle appelée “la blanche” ?

Retrouvez également toute l'équipe de Par Jupiter !

  • La chronique de Waly Dia : Dernier clash avant les vacances 
  • La chronique de Clara Dupont-Monod : Impact, le polar écologiste d'Olivier Norek
  • Le moment Meurice : Pécresse Akbar ! 

La programmation musicale 

  • FIXI Nicolas GIRAUD & Djeuhdjoah - La vie est belle
  • PROPELLERHEADS - History repeating
Les invités
Programmation musicale
L'équipe