Sylvie Chapelle parle musique avec Agnès Letestu, danseuse étoile du Ballet de l'Opéra national de Paris

Agnès Letestu
Agnès Letestu © radio-france / Photographie Opéra national de Paris

Programmation musicale

D. Chostakovitch : Concerto pour piano N°2 en FA Majeur Op. 102 -3ème mvt « Allegro » (Andrei Korobeinikov, Orchestre symphonique de Lahti, Dir. Okko Kamu –Mirare)

P.I. Tchaikovski : Le lac des cygnes –Acte II scène 10

(Orchestre du Théâtre Mariinsky, Dir. Valery Gergiev -Decca)

Michael Jackson : Thriller

(Thriller - Epic)

I. Stravinski : Le Sacre du Printemps -Les augures printaniers –danse des adolescentes

(The Cleveland orchestra, Dir. Pierre Boulez – Deutsche Grammophon)

F. Chopin : Concerto pour piano N°2 en fa mineur Op. 21 2ème mouvement « Larghetto » (Boris Berezovsky, Ensemble orchestral de Paris, Dir. John Nelson –Mirare)

Queen : The show must go on

(Innuendo - Universal Music)

Avec la voix de Maurice Béjart.

Extraits des films Flashdance (Adrian Lyne), Billy Elliot (Stephen Daldry), French Cancan (Jean Renoir), Black Swan (Darren Aronofsky), L’homme orchestre (Serge Korber)

L'actualité d'Agnès Letestu au Ballet de l'Opéra national de Paris

« George Balanchine », du 24 septembre au 18 octobre 2012

Palais Garnier

Trois ballets emblématiques, aux références musicales contrastées, rythment les grandes étapes stylistiques d’un chorégraphe essentiel du XXe siècle. De sa formation au « Ballet Impérial de Saint-Pétersbourg » jusqu’à la création du « New York City Ballet », George Balanchine aura forgé son propre style, évoluant de l’héritage franco-russe vers l’épure et l’abstraction.

  • S’inspirant de la parabole biblique, Le Fils prodigue , créé en 1929 pour les Ballets Russes, est l’une des rares œuvres narratives de Balanchine. Sur la puissante partition de Serguei Prokofiev et dans les décors et costumes du peintre Georges Rouault, il utilise la diversité de son vocabulaire pour mettre en scène une œuvre chargée d’émotions.

  • Emigré outre-Atlantique, Balanchine crée la School of American Ballet pour laquelle il imagine, dès 1934, Sérénade . Ce ballet marque la transition entre tradition russe et modernité américaine. Sur la magnifique musique de Tchaikovski, ilévoque le romantisme des Sylphides de Fokine et dessine les contours d’un nouveau langage, inspiré par les corps modernes et déliés de ses danseurs.

  • Agon , créé en 1957, témoigne des liens particuliers qui unissaient Balanchine et Stravinsky. Représentatif des ballets « en noir et blanc » du chorégraphe, il reflète l’aboutissement de l’esthétique néoclassique balanchinienne reposant fondamentalement sur un style sobre et dépouillé, faisant de la danse une visualisation de la partition.

Retrouvez Agnès Letestu dans Sérénade les 24 et 28 septembre, les 9, 13 et 15 octobre, ainsi que dans Le Fils prodigue les 26 et 29 septembre, les 11, 17 et 18 octobre 2012.

Les liens

Saison 2012-2013 du Ballet de l'Opéra national de Paris

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.