Notre cerveau dissone, à l'occasion. On parle alors de dissonance cognitive, expression forgée dès les années 50 par le psychologue Léon Festinger.

La dissonance
La dissonance © Getty

Lorsque cela arrive notre cerveau dispose d'une botte secrète pour retrouver l'harmonie.

En règle générale, nos choix et nos actions reflètent nos valeurs. Nous choisissons ce que nous apprécions et rejetons ce qui nous déplaît. Mais parfois nos actions entrent en opposition frontale avec nos valeurs. Nous sommes alors en pleine dissonance cognitive. La cohérence de notre moi est menacée.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.