Portrait et paroles d'une jeune adolescente, victime de phobie scolaire. De ses crises d'angoisse à une vie plus sereine aujourd'hui, elle nous raconte.

Phobie scolaire
Phobie scolaire © Getty / fzant

Lorsque les premiers symptômes se manifestent il y a trois ans, Zoé ne sait pas encore, évidemment, qu'elle est atteinte de phobie scolaire

"Ça a commencé, je faisais déjà des crises d'angoisse de temps en temps, et en 4ème, ça devenait plus fréquent, j'avais des maux de ventre, de tête, des malaises, des crises... Je suffoque, j'arrive plus à bouger, des choses comme ça, et cela ne s'arrêtait pas tant que je ne quittais pas l'établissement."

Elle est en 4ème. Quelque chose de va pas. Elle le sait, ses parents aussi. Mais trouver la cause, la cause exacte, ce n'est pas évident, et surtout ça prend du temps.

"Je me suis un peu forcée à y retourner tous les jours. En fait, cela empirait. Je suis passée par une période assez difficile, pas de la dépression. Mais je sais que ça n'allait pas fort : je n'ai pas eu mes règles pendant 7 mois..."

Zoé discute de ces violentes crises avec une psychologue, ensemble, petit à petit, elles remontent la piste de l'angoisse. Un nouveau mot apparaît dans sa vie : "phobie scolaire". Au début, ce mot sonne étrangement à son  oreille. Et puis elle se reconnaît.

On nous laissait aucune liberté : ça m'angoissait de ne pas pouvoir faire tout ça à ma façon, et d'être considérée comme une enfant. Je pense que c'est ça qui m'a donné ces angoisses.

Au bout d'un moment, les crises sont tellement violentes et épuisantes que Zoé ne peut plus se  rendre au collège. 

Elle décide de passer au CNED, elle suit désormais ses cours à distance. Elle entre alors en 3ème,  c'est un énorme soulagement. 

Au CNED, Zoé peut travailler à son rythme, quand elle le souhaite. Même la nuit. Si, si. La nuit. Le CNED, ça lui réussit. Zoé a trouvé le système qui lui convient, elle s'épanouit dans cette nouvelle liberté.

J'ai pu m'affirmer en tant que moi, parce que je n'avais plus le regard des gens que je croisais tous les jours au collège. 

Aujourd'hui Zoé est en 1ère, elle a fait le choix de retourner au lycée pour commencer à se préparer à la suite, aux études. Elle a un emploi du temps à horaire aménagé, elle continue à suivre certains cours par le CNED et ça se passe plutôt bien.

Il y a le lycée, l'école, et puis il y a la vie, tout ce qui se passe en dehors. Zoé est pianiste, elle aime improviser. Elle aime surtout la "délicieuse folie" des jam sessions auxquelles elle participe. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.