photo

Nourri au jasmin, au soleil et à la mémoire des contes populaires tunisiens : « c’est la mémoire qui fait le travail de l’histoire » nous explique l’artiste tunisien Ahmed Ben Dhiab. Le peuple tunisien a sa mémoire, une mémoire sensible, avec ses odeurs, ses saveurs, ses valeurs…

Ce soir, nous allons parler de cette Tunisie qui a ouvert l’année 2011 de façon héroïque, retournant le cours de l’histoire avec une grandeur et une efficacité inattendue.

Alors que le procès historique de Ben Ali, sans accusé, ni avocat, s’est tenu cette semaine, le 20 juin, le condamnant à trente cinq années de prison, nous allons tenter de comprendre quel est ce peuple qui a traversé plus de 50 ans de dictatures, entre Bourguiba et ben Ali, juste après avoir connu l’indépendance.

Comment en quelques jours cette Tunisie s’est elle affranchie ? Quelle a été cette graine intérieure qui a permis un tel vent de révolte ?… et qui aurait pu imaginer que le jasmin, symbole de la Tunisie, et fleur aux vertus apaisantes puisse un jour être accolé au mot révolution ?

Mots-clés :
(ré)écouter Partir avec... Sandra Freeman Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.