En 1933, Franklin Delano Roosevelt sait qu’il vient d’être élu président des Etats-Unis pour résoudre une des crises les plus dures et les plus profondes qu’aient connues les Américains, la crise de 1929, et redonner espoir aux millions de chômeurs et de sans abris que compte désormais le pays… Dès son arrivée au pouvoir, le nouveau président lance un vaste programme de réformes, le New Deal, pour redynamiser l’économie et venir en aide aux plus pauvres. Une politique à long terme, audacieuse, inédite qui (alors que la crise s’étend au monde) va passionner les observateurs étrangers.

A l’automne 1936, une journaliste suisse de 28 ans, vient aux Etats-Unis pour enquêter sur les réalisations du New Deal. Annemarie Schwarzenbach est journaliste, mais elle est d’abord écrivain : Romans, poésie, récits de voyage…Le plus connu est sans doute celui qu’elle écrira après son séjour en Afghanistan avec une autre aventurière : Ella Maillart qui se souviendra longtemps de cette jeune femme à la fois brillante et dépressive.

Annemarie Schwarzenbach fascine tous ceux qu’elle rencontre, hommes et femmes. Par son physique d’abord, très androgyne: grande, mince, souvent habillée en homme, les cheveux très courts… Un beau visage (à la fois sévère et innocent)… Mais Annemarie Schwarzenbach est aussi une personnalité tourmentée, suicidaire… Elle est morphinomane… « Un ange dévasté » dira d’elle l’écrivain allemand Thomas Mann.

Entre deux cures de désintoxication, ce reportage (remarquable) dans l’Amérique profonde en 1936-1937, à la rencontre des ouvriers de Pittsburgh et des fermiers du Tennessee, fut sans doute une parenthèse de relatif équilibre et de bonheur pour cette femme éprise de liberté.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.