Pour nous faire s'évader, l'actrice Léa Drucker présente une image trouvée sur google du tableau "L'ouvreuse " d'Edward Hopper qui représente le voyage grâce au cinéma et grâce à notre réflexion.

Léa Drucker en mai 2019 à Cannes
Léa Drucker en mai 2019 à Cannes © Getty / Stephane Cardinale - Corbis

Léa Drucker : "Je voudrais partir d'un tableau d'Édouard Hooper : L'Ouvreuse. C'est l'un de mes tableaux préférés. On y voit une ouvreuse adossée à un mur. Elle est pensive pendant une séance de cinéma. A gauche du tableau, les têtes des spectateurs dépassent.

Il y a d'une part le voyage évoqué par les spectateurs face à l’écran, et de l'autre, cette ouvreuse en uniforme. C'est une image très américaine, une image de cette Amérique qui fait "tripper".

Ce cinéma m'évoque New York, ou peut être Los Angeles, dans les années 1930. Cela fait longtemps que je ne suis pas partie là-bas, mais mon dernier souvenir des Etats-Unis est cette ambiance très années 1930, Art déco, que j'adore. Notamment ce tableau, parce que l'évasion,  c'est à la fois le voyage, mais aussi la pensée. Et comme on voyage dans ses pensées...

Les couleurs du tableau sont très cinématographiques, très belles et très mélancoliques 

L'Ouvreuse m'évoque aussi un film de David Lynch. 

Je m'évade avec ce tableau grâce à ce mélange de voyage dans le passé et de voyage par la pensée, de cinéma, de rêve. En même temps, il y a cette mélancolie reliée au rêve. Ces vieux cinémas art déco existent toujours et lorsqu'on est dans ces villes américaines, il faut aller les voir. Je me souviens de l'un d'eux à Los Angeles. Pour moi, c'est le voyage idéal."

Voir ici l'image de L'Ouvreuse

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.