Pour voyager, la chanteuse lyrique contralto et cheffe d'orchestre a choisi un tableau italien d'une femme élégante dans un parc, d'Amédéo Bocchi. L'élégance et la légèreté printanière qui s'en dégagent la ramènent à une époque ancienne.

Nathalie Stutzmann
Nathalie Stutzmann © Radio France / Vincent Josse/France Inter

Nathalie Stutzmann : "J'ai choisi un tableau d'un peintre italien du XXe siècle : Amédéo Bocchi. Le tableau s'appelle Nel Parco. Il est reproduit sur l’affiche d’une exposition chez moi. Je l’aime beaucoup. 

On y voit une jeune femme élégante avec une jupe longue noire, un corsage d'un très joli jaune. Elle est assise dans la nature, en l'occurrence dans un parc avec un très beau chapeau, sur un siège très élégant. C'est une femme dans la beauté de l'âge : pas trop jeune, pas trop âgée, peut-être 30 ans.

Elle a une expression très douce qui nous fait deviner qu'elle est italienne. Si elle était française, elle pourrait être belle, mais peut-être un peu moins gentille, un peu moins douce. 

On distingue une douceur et une nostalgie mêlées dans son regard. 

Elle a le bras gauche posé nonchalamment. Et puis on voit derrière une belle herbe de printemps. 

Il fait beau, il fait chaud, mais pas trop

Il y a encore un petit fond de l'air, un tout petit peu frais, comme en fin de printemps dans ces journées merveilleuses. Elle est dans un parc italien avec presque une ambiance de feu. Elle est peut-être dans une ville de cure près de Padoue. 

On voit aussi dans son âme cette joie du printemps, des premiers beaux jours, toujours teintée de tristesse avec un ciel bleu radieux. 

On sent le temps qui s'écoule lentement, avec la peur que cet instant magique disparaisse. Une nostalgie de ce moment divin et magique qui va s'échapper.

Nel Parco d'Amédéo Bocchi me fait voyager dans le temps avec ce parc d'une ville de cure dans laquelle on pourrait imaginer un petit orchestre qui joue sous un kiosque et un bon plat de pâtes le soir..."

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.