Pour nous dépayser, le comédien a choisi 'Poète" ce tableau de l'artiste peintre américain d’origine norvégienne Troy Henriksen. Il en apprécie les multiples petites taches de peinture rose avec des tulipes. Il lui inspire un voyage intérieur qui le ramène à l'enfance.

Philippe Torreton en 2013 à La Rochelle
Philippe Torreton en 2013 à La Rochelle © Getty / Didier Baverel

Philippe Torreton : "Je me trouve face à mon tableau préféré : Poète de l'artiste contemporain Troy Henriksen. Ce tableau est une sorte d'autoportrait rimbaldien : le peintre a retrouvé une photo de lui adolescent. Il s'est trouvé une ressemblance avec Arthur Rimbaud. Il a ensuite peint par dessus sa photo, de façon à emmener son visage vers celui de son poète préféré. 

J'adore ce tableaux. Il est plein de petites taches de peinture rose avec des tulipes. 

Philippe Torreton a pensé à ce tableau car c'est une évasion

Il nous indique que quelque chose en nous peut aller très loin. 

En tirant son visage vers celui de Rimbaud, il nous dit : l'enfance contient une énergie et une créativité inouïe. Je fais partie de ceux qui pensent que l'éducation, l'âge adulte n'aident pas à se développer. Je pense que notre créativité, notre sensibilité de l'enfance est à garder le plus précieusement possible. C'est le moteur d'une énergie, et de révoltes futures. 

Derrière les plus grands artistes, il y a un chemin très court qui les relie à l'enfance.

Quand je vois les yeux de certains grands artistes, dont certains sont disparus.... Derrière la dureté du visage de Piccoli, il y avait une "étincelance" presque enfantine, celle d'un gamin carnassier. Je crois beaucoup à ces grands artistes qui ont sû rester branchés sur les gamins qu'ils étaient. C'est une disposition de l'esprit. Ce tableau me fait voyager dans ce sens-là. C'est un voyage intérieur."

===> Voir l'image de Poete de Troy Henriksen 

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.