Pour nous dépayser, l'écrivain, auteur du "Chagrin", a choisi "Printemps dans la chambre", une peinture d'Emil Nolde, un peintre expressionniste allemand. Ce tableau le ramène à ce lieu dans lequel il a écrit un livre et où il a été amoureux. Il lui a toujours donné le sentiment que la vie est extrêmement éphémère.

Lionel Duroy chez lui en 2020
Lionel Duroy chez lui en 2020 © Radio France / Vincent Josse pour France Inter

Lionel Duroy : "J'ai pensé à cette toile d'Émil Nolde que j'aime infiniment, qui s'appelle Printemps dans la chambre. Ça a été peint, je crois, en 1904. C'est sa femme qui à l'intérieur de leur chambre à coucher. La pièce est inondée de lumière. C'est extrêmement joli, extrêmement doré. On voit la fenêtre à droite, le miroir qui reflète la fenêtre et sa femme se tient le visage très joliment. Sur un petit guéridon le livre qu'elle est en train de lire. Elle est peinte de profil. 

J'ai écrit un roman (Vertiges) autour de la maison d'Émil Nolde , située dans cette région d'Allemagne qui me touche infiniment

C'est situé à la frontière entre l'Allemagne et le Danemark, sur une bande de terre très étroite, coincée entre la mer du Nord et la mer Baltique. Quand je suis là-bas à Husum, par exemple, ou à Seebull, le village où habitait Emil Nolde avec sa femme, ça m'a toujours donné le sentiment que la vie est extrêmement éphémère. J'aime beaucoup ça. 

C'est à dire que toute cette bande de terre est protégée par une énorme digue et que tu n'as le droit de vivre ici que si tu participes aux travaux de la digue, à renforcer la digue quand la mer monte allemande presque jusqu'au sommet de la digue. 

Et parfois, dans les siècles passés, la digue a lâché. A ce moment-là, la mer envahit Husum, une petite ville ravissante, et la maison d'Emil Nolde se retrouve entourée d'eau. 

J'ai adoré écrire un roman dans cet endroit où je me suis installé, j'ai été amoureux dans cet endroit, et j'ai confondu le bonheur que je ressentais à être dans cet endroit avec le bonheur d'Emil Nolde à aimer sa femme.  

Cette toile Printemps dans la chambre, m'emporte, me fait voyager. Quand je la regarde, elle me ramène à chaque fois à Seebull et à Hussum. Une région très émouvante pour moi car elle est à la fois lumineuse et fragile. Elle est à l'image de la vie."

Voir une image du tableau d'Emil Nolde décrit par Lionel Duroy :

Le tableau d'Emil Nolde choisi par Lionel Duroy
Le tableau d'Emil Nolde choisi par Lionel Duroy © Radio France / Vincent Josse/france Inter
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.