La violoniste d'origine roumaine a choisi un cliché aérien de personnes en Afrique saluant l'objectif du photographe en souriant.

La violoniste Sarah Nemtanu en 2019
La violoniste Sarah Nemtanu en 2019 © Maxppp / Pierre HECKLER/PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN

Sarah Nemtanu : 'Cette photo de Yann Arthus-Bertrand m'a tout de suite évoquée la prise de distance en ces temps confinés. Ce photographe est la référence en matière de photos aériennes. Toutes ces personnes souriantes côte à côte, peut-être au marché, ont chacune leur regard, leur histoire. Elles doivent certainement avoir vu le photographe dans son hélicoptère qui fait un bruit monstre. Elles ont levé les mains, et souri.

Le  voyage, ce sont des couleurs visuelles et auditives. C'est aussi se plonger dans ces visages uniques. 

On est en Côte d'Ivoire et les personnages se sont tous arrêtés pour sourire à Yann Arthus-Bertrand

J'imagine ce moment. La photo me fait réfléchir. Toutes ces personnes côte à côte : est-ce que cela pourra exister encore après le confinement ? Sans que l’on repense longtemps à ce qu'on vient de vivre mondialement ? 

Se retrouver proches les uns des autres en souriant naïvement, c'est la vie.

J'ai un lien avec Yann Arthus Bertrand parce qu'il a pris en photo ma première couverture de disque. 

Ensuite, j'ai joué la bande son de tous ses films : Rome, Human...

C'est devenu quelqu'un d'important pour moi. J'ai lu dans un interview de lui qu'il n'était pas là pour montrer ce qui se passe dans le monde, mais qu'il voulait témoigner de ce qu'il voit. 

Voyage intérieur ou extérieur ? C'est en voyageant qu'on se confronte à d'autres cultures, que l'on se rend compte un peu mieux de nos différences et que l'on grandit tout simplement. "

===>>>> VOIR ICI la photo dont parle Sarah Nemtanu

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.