Partout Ailleurs en direct de Beyrouth , depuis le salon du livre. Une vingtième édition historique avec l'Académie Française en invité d'honneur. Amin Maalouf , véritable pont entre la France et le Liban sera une tête d'affiche de cette édition.

Dans ce salon, "Partout Ailleurs" en direct et en public donne la parole à des auteurs, plasticiens, musiciens, et citoyens de la société civile qui approchent l'écriture pour témoigner. Libanais, Syriens, Irakiens, Jordaniens, tous racontent leurs pays en guerre ou meurtris par les conflits et le terrorisme .

Quand les politiques diplomatiques sont en panne, que peut la littérature ? La force de son témoignage peut elle peser sur les évènements pour enrayer l'inexorable ?

Les mots jetés à la mer
Les mots jetés à la mer © / WTC

Le Liban et sa capitale cosmopoliteBeyrouth . Toutes les religons s'y retrouvent. Les langues s'y cotoient. Un tourbillon qui confine au vertige avec une telle effervecence que le risque d'implosion est permanent. Une mosaîque d'une richesse inouie qui surmonte ses contradictions.

Dans la ville, l'architecture raconte l'Histoire de la ville. Vivre au delà des blessures et des plaies ouvertes aux yeux de tous. Des immeubles bombardés non rénovés jouxtent les autres habitations de la ville. Passé et présent se cotoient.

L'urbanistique, métaphore d'une société
L'urbanistique, métaphore d'une société © / WTC

La littérature libanaise ne peut oublier son passé. Elle joue des allers retours avec le présent. Elle veut porter l'espoir et dessiner une alternative.

Et ce, en dépit des difficultés non pris en compte par la communauté internationale. Le flux incessant des réfugiés syriens pèse sur un pays qui n'a pas les moyens de les prendre en charge.

Camps de réfugiés à la frontière libanaise
Camps de réfugiés à la frontière libanaise © / WTC

Les camps s'improvisent dans le nord Liban et de nombreux syriens cherchent du travail après avoir passé la frontière. Mais trop nombreux. La détresse et la misère échouent ici. Le Liban ne peut seul répondre aux immenses besoins de ces familles.

Populations qui ont fui leur pays et les violences. Sur l'autoroute qui vient de Damas , sur la route de l'exil, en plein désert, il y a cette affiche surréaliste de Bachar Al Assad.

De Damas à la frontière
De Damas à la frontière © / WTC

Les invités

Alexandre Najjar , auteur, avocat, représente le Liban à la Commission juridique de l'Unesco. Très engagé dans le combat pour l'indépendance du Liban, il as signé de nombreux articles dans la presse libanaise et étrangère pour défendre les libertés et fustiger l'occupation et l'obscurantisme

Elias Khoury, auteur dramaturge. En 1967, en visitant un camp de réfugiés palestiniens en Jordanie, il épouse la cause palestinienne. Parmi ses œuvres connues, La porte du Soleil (1998) raconte l'épopée des réfugiés palestiniens au Liban depuis la Nakba en 1948, le livre évoque de façon subtile les idées de mémoire, de vérité et de témoignage. Il sera même traduit en hébreu.

« Quand je travaillais sur ce livre, j'ai découvert que l'“autre” est un miroir de “Je”.Étant donné que j'écris depuis près d'un demi-siècle sur l'expérience palestinienne, il est impossible de lire cette expérience autrement que dans le miroir de l'“autre” israélien. Pour cette raison, quand j'écrivais ce roman, j'ai fait beaucoup d'efforts pour essayer d'éviter les stéréotypes du palestinien mais aussi les stéréotypes de l'israélien comme il apparaît dans la littérature arabe "

Joumana Haddad , journaliste libanaise, auteur de "Superman est arabe" chez Actes Sud, réquisitoire violent contre l'obscurantisme qui grandit dans la société libanaise

Melhem Khalaf, activiste humanitaire, nommé cet été à la Commission contre les discriminations raciales de l'ONU. Fondateur de nombreuses associations en direction des civils bombardés et engagé dans des actions pour favoriser l'entente entre les différentes communautés religieuses du Liban.

Mazen Kerbaj , blogueur, caricaturiste, auteurs de BD, trompettiste, musicien. Un trentenaire atypique qui raconte l'art en temps de guerre.

Les footings de Lilian

Notre réalisateur Lilian Alleaume court tous les matins. Cette règle, il la maintient, même quand nous sommes à l'étranger pour des émissions spéciales. Equipé d'une caméra numérique en serre tête, il filme donc la cité sous son aspect cosmopolite au gré des quartiers traversés. Dans une Beyrouth qui ne jure que par l'automobile, cette vidéo révèle que cette ville se comprend à pied.

Musiques d'ailleurs

Ils sont syriens et ont fui la violence de leurs pays dès les premiers échanges de tirs fin 2011.. Direction Beyrouth pour échapper au conflit et continuer leur musique. Le nom du groupe Tanjaret Daghet signifie "cocotte minute ", à l'image de la situation en Syrie . Le single "Taht El Daghet" est traduit "Under pressure" en anglais. Sous pression .

Partout Ailleurs sur Franceinter.fr : Sarah Masson & Eric Valmir

Partout Ailleurs sur twitter : @ericvalmir

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.