Les violences en marge de l'inauguration de l'expo universelle de Milan ont produit l'effet inverse recherché par les Black Block. Devant les images de guérilla, les Italiens ont pris fait et cause pour défendre l'expo pourtant critiquée depuis des mois .

L'an dernier, Angelo Paris , le directeur de la planification et des achats d'expo 2015, des élus et des entrepreneurs étaient interpellés. Corruption, collusion avec la Mafia, opacité des appels d'offre. Le chantier a pris un retard inoui. En urgence, a été nommé à la tête de l'organisation,Rafaele Cantone, le président de l'Autorité Nationale anti-corruption entouré d'un pool de magistrats d'experts-comptables chargés de surveiller les travaux et directement rattachés aux bureaux du premier ministre.

Une task force anti corruption qui n'a pas empêché les retards, les surcouts de facture, les soupçons et des craintes pour la sécurité après que les jihadistes de Daesh aient envoyé aux rédactions italiennes des selfies pris au coeur de Milan.

Le 30 Avril, veille de l'inauguration, Andrea Bocelli chante et porte la voix de l'Italie dans 144 pays.

Mais le lendemain, les rues de Milan sont le théâtre de vraies scènes de guerilla. Les opposants à l'Expo qui dénoncent les faits de corruption voient leur manifestation infiltrée.

manifs milan
manifs milan ©

Les Black Block cassent tout : voitures brulées, vitrines cassée. Les dégats sont considérables.

Et les carabiniers restent à l'écart et opposent une réponse prudente.A en corire Roberto Saviano, à écouter en streaming ou podcast, les forces de l'ordre n'ont pas souhaité intervenir pour ne pas blesser des pacifistes et répeter les bavures du G8 de Gênes.

Cela dit, ces violences auront évidemment brulé aussi les revendications des pacifistes et toute parole critique. Les images de Milan dévasté ont provoqué une onde émotionnelle de choc en Italie, et le pays s'est dressé devant l'Expo pour la défendre.

Le #nessunotocchimilan s'est propagé de comptes twitter en comptes twitter. Vingt mille milanais se sont réunis pour nettoyer leur ville aujourd'hui. Le réussite de l'expo devient un mot d'ordre national. Une fierté à porter contre les épisodes de violence, et contre ces flammes qui auront donc brulé aussi toutes les paroles contestaires et les critiques sur les faits de corruption. Basta les ondes négatives. L'expo doit être la fierté de l'Italie.

Et comme le dit Rocco Femia, directeur de la revue Radici interrogé aussi ce soir, nous sommes face à une spécialité italienne "déstabiliser pour stabiliser "

L'expo Milan 2015, la première dédiée à la sécurité alimentaire. 20 millions de visiteurs attendus. Impact touristique évalué à 5 milliards d'euros

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.