Partout ailleurs, il s’en passe aussi des choses et on prend le temps de s’y arrêter, bonsoir Anthony Bellanger, n-ième montée de tension entre Israéliens et Palestiniens. Une forme de guérilla administrative et économique ?

C’est vrai que les derniers développements du feuilleton « reconnaissance de l’Etat palestinien » ont tendance à être un peu soporifiques. Qu’on en juge : l’Autorité palestinienne signe son adhésion à la Cour pénale internationale.

En rétorsion, Israël refuse de verser les 105 millions d’euros mensuels dus aux Palestiniens au titre de taxes diverses. Du coup, les Etats-Unis – c’était hier - protestent et demandent à Israël de retenir ses coups.

Et pourtant, cette bataille de boutiquiers et de fiscalistes a des conséquences très concrètes que résume parfaitement le négociateur en chef côté palestinien, Saeb Erekat....

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.